Jazz

JAZZ de Toni MORRISON - Traduction de Pierre ALIEN - 1993 - Edition CHRISTIAN BOURGEOIS - 249 pages

Ce qu'en dit l'éditeur

En 1926, Joe Trace assassine sa jeune maîtresse Dorcus. En proie au désespoir et à la jalousie, Violette, la femme de Joe, se précipite à son tour sur la dépouille de sa rivale, dans le but de la tuer une seconde fois.
Bouleversés par la violence et l'horreur de leurs gestes, les deux époux vont impitoyablement fouiller leur passé commun pour comprendre leur présent dévasté.
Nourri d'une musique qui vient incarner la liberté d'une nouvelle génération de Noirs américains dans le Harlem des années 20, ce roman n'est pas seulement construit au rythme d'un morceau de jazz, il devient, au fil de la narration, le Jazz.
Toni Morrison, lauréate du Prix Pulitzer pour Beloved (publié chez Christian Bourgois) a écrit avec Jazz un roman magnifique où s'affirme à chaque page le pouvoir de l'amour, qui triomphe de l'âge, de la vulnérabilité de la chair et, finalement, du désespoir.

*******************************

Les premières phrases

"Tst, je connais cette femme. Elle vivait avec une troupe d'oiseaux sur l'Avenue Lennox. Connais son mari, en plus. Il est tombé pour une fille de dix-huit ans avec un de ces amours tordus, profonds, qui le rendait si triste et si heureux qu'il l'a tuée juste pour garder cette sensation. Quand la femme, elle s'appelle Violette, est allée à l'enterrement pour voir la fille et lui taillader son visage mort, on l'a jetée par terre et hors de l'église."

*********************

Dans les années 20, à Harlem, Joe un homme noir d'une cinquante d'années assassine sa jeune maîtresse de dix huit ans. Lors des funérailles, Violette sa femme, rendue folle par la jalousie et le désespoir se précipite sur le corps de Dorcas avec un couteau. Joe n'a pas été dénoncé, mais depuis son geste il reste assis dans son appartement, le regard vide. Violette pensait pourtant bien connaître son mari avec qui elle était arrivée il y a plusieurs dizaines d'années à "la Ville". Ils avaient fui les champs de coton et leur ancien statut d'esclaves et construit leur vie à Harlem. Joe était représentant en produit de beauté, Violette coiffeuse à domicile. Mais la Ville a perdu de ses attraits, la routine a envahi leur vie. Joe a pris une maîtresse et l'a tuée ensuite parcequ'il l'aimait trop et avait peur de la perdre.  Après le meurtre de Dorcas, l'esprit de Violet va vaciller, mais elle veut comprendre. Pourquoi cette fille ? elle n'est même pas belle.... Elle va se procurer une photo de Dorcas qu'elle va installer dans son salon afin qu'elle et Joe puisse la contempler à leur guise. Elle va aller voir la tante de la jeune fille à plusieurs reprises, non pour s'excuser, mais pour essayer de comprendre. Les ragots vont bon train, le quartier tout entier commente l'événement, Violette est considérée comme folle. Du reste par moment, elle se nomme elle-même Violente.

Toni Morrison est une grande dame de la littérature américaine, une de mes auteure préférée et j'ai adoré tous les livres que j'ai lu d'elle jusqu'à maintenant. Jazz va faire exception, je n'ai jamais pu entrer dans l'histoire. Je suis très consciente d'être complètement passée à côté. Peut être parceque le récit est construit comme un morceau de jazz et que je ne suis pas suffisamment familiarisée avec cette musique ? Elle fait à plusieurs reprises le va et vient entre le passé du couple et leur présent et nous en apprend un peu plus à chaque fois, raconte certains événements sous des angles différents. Ce qui m'a le plus déstabilisée, c'est l'écriture. J'ai pensé au début que c'était un problème de traduction et puis je me suis habituée, mais ma lecture n'a pas été plus aisée pour autant. Souvent les phrases sont incomplètes : Toni Morrison livre seulement quelques mots pour nous transmettre une idée, ou une sensation et laisse le lecteur compléter. Certaines de ces phrases sont restées incompréhensibles pour moi. J'ai quand même été au bout de ma lecture, mais elle a été laborieuse !

En Bref

Une tranche de l'Histoire du peuple noir dans l'amérique post esclavagiste. Malheureusement, à cause de la construction du récit et du style, je n'ai pas du tout adhéré.

 

stars-85grises

 

Challenge Petit Bac 2016 : Spectacle

 Petit bac