51OIlZKZd6L__

Quatrième de couverture

La montagne ne pardonne pas. Vincent Lapaz, guide solitaire et blessé par la vie, l'apprend aujourd'hui à ses dépens : la mort vient de frapper, foudroyant un être cher. Simple accident ? Vincent n'en croit rien : la victime connaissait le parcours comme sa poche. C'est un meurtre. Avec l'aide d'une jeune gendarme, Vincent mène l'enquête, de crevasses en chausse-trappes, déterrant un à un les secrets qui hantent cette vallée. Et Lapaz non plus n'est pas du genre à pardonner...

L'auteure

Karine Giébel est née en 1971 dans le Var, ou elle vit toujours. Son premier roman, Terminus Elicius (Editions la Vie du rail, 2004) reçoit le Prix Marseillais du Polar en 2005. Suivront Meurtres pour rédemption (Editions la Vie du rail, 2006, et réédité au Fleuve Noir en 2010) qui a été sélectionné pour le Prix Polar Cognac, Les Morsures de l'ombre (Editions Fleuve Noir, 2007) tour à tour lauréat du prix Intramuros, du prix SNCF 2009 et du prix Entre les murs, Chiens de sang (Editions Fleuve Noir, 2008) et Jusqu'à ce que la mortnous unisse (Fleuve Noir, 2009), Lauréat du Prix des Lecteurs au Festival Polar de Cognac. Juste une ombre est son dernier roman paru au Fleuve Noir en mars 2012, il a reçu le Prix Marseillais du Polar et le Prix Polar de Cognac.

*********************************************

J'avais entendu et lu beaucoup de bien de cette auteure que je ne connaissais pas encore et j'ai saisi l'occasion de lire un de ses ouvrages  pour la première fois dans le cadre du challenge Thriller organisé par Nbsjof_16 sur Livraddict.

Vincent Lapaz, guide de montagne dans les Hautes Alpes vit en solitaire dans son chalet "L'Ancolie" depuis le départ de sa femme. Alors que rien ne le présageait, celle-ci s'est enfuie un beau jour avec un touriste rencontré depuis peu. Vincent ne comprend pas, il reste inconsolable et aigri, se venge sur toutes -ou presque toutes- les femmes de son entourage qu'il séduit et rejette aussitôt. Quand Servane, une jeune gendarme arrive dans le village, c'est une toute autre relation qu'il entame avec elle : refusant d'être sa maîtresse, elle devient son amie, un soutien solide dont il aura bien besoin quand les événements vont se déchaîner.

Dans les cent premières pages du livre Karin Giebel met en place le décor : la montagne avec ses paysages époustouflants ; vue à travers les yeux de Vincent on ne peut s'empêcher  de l'admirer et de rêver qu'on part en randonnée à ses côtés, peinant dans les passages difficiles, s'émouvant devant les panoramas grandioses. Elle prend son temps pour mettre en place tous les personnages, même les personnages secondaires, décrivant leurs caractères, les liens qui les unissent. Je me suis demandée alors si c'était bien un thriller que je lisais ou simplement un roman (genre Harlequin amélioré). L'intrigue débute avec la mort de Pierre l'ami d'enfance de Vincent. Celui-ci est persuadé que ce n'est pas un accident : Pierre connaissait trop bien la montagne. C'est aussi l'avis de Servane qui va l'aider dans ses recherches, et ce qu'ils vont découvrir ensemble n'est pas beau du tout.

J'ai été un peu surprise et déçue par ce livre, par rapport à l'idée que je m'en faisais. Le style de Karin Giebel est très agréable à lire , elle décrit à merveille les paysages et les personnages et malgré ses presque 600 pages, le livre se lit très vite ; mais malgré les nombreux rebondissements et une fin que je n'attendais pas, j'ai trouvé l'action un peu molle, délayée justement dans les descriptions, la répétition de certains passages, en particulier ceux sur la disparition de Laure. Je ne me suis ennuyée à aucun moment mais je n'ai pas été passionnée non plus même si j'ai eu tout au long de ma lecture envie de connaitre la suite. Bref, il m'a manqué quelquechose pour que j'apprécie vraiment ce livre. Je ne vais quand même pas en rester là et je lirais sûrement un autre ouvrage de pour affiner mon jugement sur cette auteure.

NOTE : 7/10

Challenge Thrillers : Session Karine Giebel

Challenge ABC 2014 : lettre G.