ARCHIPEL

L'ARCHIPEL D'UNE AUTRE VIE d'Andreï MAKINE - Août 2016 - Editions DU SEUIL - 288 pages

Ce qu'en dit l'éditeur

Aux confins de l’Extrême-Orient russe, dans le souffle du Pacifique, s’étendent des terres qui paraissent échapper à l’Histoire…Qui est donc ce criminel aux multiples visages, que Pavel Gartsev et ses compagnons doivent capturer à travers l’immensité de la taïga ? C’est l’aventure de cette longue chasse à l’homme qui nous est contée dans ce puissant roman d’exploration. C’est aussi un dialogue hors du commun, presque hors du monde, entre le soldat épuisé et la proie mystérieuse qu’il poursuit. Lorsque Pavel connaîtra la véritable identité du fugitif, sa vie en sera bouleversée.La chasse prend une dimension exaltante, tandis qu’à l’horizon émerge l’archipel des Chantars : là où une « autre vie » devient possible, dans la fragile éternité de l’amour.

**************************

Les premières phrases

A cet instant de ma jeunesse, le verbe "vivre" a changé de sens. Il exprimait désormais le destin de ceux qui avaient réussi à atteindre la mer des  Chantars. Pour toutes les autres manières d'apparaitre ici-bas, "exister" allait me suffire.

**********************

En 1952, en pleine guerre froide, les soviétiques craignent un troisième conflit mondial et plus particulièrement des attaques atomiques. Les autorités décident donc d'envoyer un certain nombre de réservistes, soldats ou sous officiers, au fin fond de l'est du pays afin de les entraîner à la survie dans le cas où l'URSS serait la cible de ces attaques. C'est ainsi que Pavel Gartsev se retrouve dans ce camp perdu au milieu de la taïga, soumis avec ses camarades à des marches épuisantes vêtus de combinaisons qui ressemblent plus à celles d'un cosmonaute qu'à un équipement anti-radiation, enfermés dans des abris sous terrains soi-disant anti atomique mais qui ont tout d'une tombe. Ces exercices auraient pu durer encore longtemps si Pavel n'avait pas été réquisitionné avec deux de ses collègues pour retrouver un dangereux criminel échappé d'un goulag voisin. D'autant plus dangereux et rusé qu'il avait traversé leur camp sans que personne s'en aperçoive... La petite troupe est sous les ordres du commandant Boutov et du responsable de la sûreté militaire, le capitaine Louskass. C'est bientôt l'automne et la chasse à l'homme commence au coeur de la taïga immense. Le fugitif est insaisissable. Mieux, il semble se moquer de ses poursuivants, et peu à peu les militaires pourtant aguerris vont flancher, les pièges se multiplier. Cette poursuite va s'achever sur la côte Pacifique, face à l'archipel des Chantars, quelques îles inhabitées, battues par les vents et les courants marins.

 Lors de cette expédition pas comme les autres, Pavel va découvrir que le bonheur n'est pas forcément celui qu'on lui a enseigné. La guerre était finie, il avait repris ses études universitaires avec succès, et même si Sveta sa fiancée l'avait trahi, un avenir tout tracé se dessinait devant lui : le même que bon nombre de ses compatriotes. Pendant ces trois semaines de traque dans la Taïga, où il va observer le comportement du fugitif, il va se découvrir lui-même, mais surtout il va comprendre que le bonheur réside dans le fait de ne dépendre de personne, d'être son propre maître, même s'il faut abandonner son petit confort et affronter la rudesse de la nature. Ses compagnons vont aussi se dévoiler et montrer leurs véritables visages. Ce récit d'aventure m'a tenue en haleine tout au long de ma lecture. Qui est ce mystérieux évadé ? Pourquoi reste t-il toujours dans le champ de vision de ses poursuivants comme s'il les narguait ? Tout cela on ne le saura qu'à la fin.

L'auteur nous livre là à la fois une fable politique, un récit d'aventure, une fine analyse psychologique mais aussi une description de cette taïga qui semble sans autres limites que celle de l'océan Pacifique, tout cela dans un style sobre et fluide.

En Bref

C'était pour moi la découverte de cet auteur. Et L'archipel d'une autre vie a été un véritable coup de coeur.

stars-10stars-10