paradoxe

LE PARADOXE DE FERMI de Jean Pierre BOUDINE - Editions DENOEL : LUNES D'ENCRE - 2015 - 192 pages

Quatrième de couverture

Dans son repaire situé quelque part à l’est de l’arc alpin, Robert Poinsot écrit. Il raconte la crise systémique dont il a été témoin : d’abord le salaire qui n’arrive pas, les gens qui retirent leurs économies, qui s’organisent pour trouver de quoi manger, puis qui doivent fuir la violence des grandes villes et éviter les pilleurs sur les principaux axes routiers. Robert se souvient de sa fuite à Beauvais, de son séjour dans une communauté humaniste des bords de la mer Baltique et des événements qui l’ont ramené plus au sud, dans les Alpes. Quelque part dans le récit de sa difficile survie se trouve peut-être la solution au paradoxe de Fermi, à cette célèbre énigme scientifique : dans un univers aussi vaste que le nôtre, l’espèce humaine ne peut pas être la seule douée d’intelligence ; alors où sont les autres, où sont les traces radio de leur existence? Jamais auparavant l’effondrement de notre civilisation ne fut décrit de façon plus réaliste.

************************************

Dans Le Paradoxe de Fermi, court roman post apolyptique, Robert Poinsot, le narrateur écrit ses mémoires. Le récit alterne entre la description de son quotidien, alors qu'il s'est réfugié dans la montagne quelque part au sud, dans les Alpes, et celle des événements qui se sont écoulés ultérieurement. Depuis une dizaine d'années il y avait de plus en plus de catastrophes écologiques, puis en 2022 une crise mondiale : les pays pauvres ne peuvent plus payer leur dette, les Bourses s'effondrent, les entreprises font faillites, les ouvriers ne sont plus payés, plus d'électricité, plus d'internet, des bandes de voyous se forment, la violence règne "Tout allait incroyablement vite. En quelques semaines tous mes repères, tous les repères ont disparu". Impossible de revenir en arrière, de vivre comme autrefois, les objets n'y sont plus adaptés (quoi de plus inutile qu'un ordinateur quand il n'y a plus d'électricité !), les hommes n'en sont plus capables.

A travers ces mémoires nous assistons à la chute de notre civilisation et probablement à celle de l'humanité. Leur cause principale : l'homme est incapable de maîtriser son évolution, à l'image de cet énorme cerf dont les bois avaient tellement poussé parcequ'il ne pouvait plus se déplacer entre les arbres de la forêt.

Dans son livre, Jean Pierre Boudine a voulu illustrer une des réponses possibles au Paradoxe de Fermi : Étant donné qu'il est peu probable que l'homme soit un phénomène isolé dans l'univers, comment se fait-il que nous n'ayons jamais eu de contact avec d'autres formes de vie extraterrestres ?

Le style du Paradoxe de Fermi n'est pas vraiment celui d'un roman, ce qui m'a un peu désarçonnée au début de ma lecture. Il m'a fallu du reste une bonne vingtaine de pages pour m'y habituer et entrer vraiment dans le récit. Le narrateur raconte son histoire sans émotion, sans sentiments, il y a beaucoup d'expositions de faits, de données. Le narrateur va à l'essentiel : tout expliquer, tout noter par écrit, de manière à laisser une trace si jamais son cahier venait à être découvert dans le futur. Pour que les êtres qui nous succéderons sur terre - s'il y en a - ne refassent pas les mêmes erreurs que nous.

En bref

Un récit atypique entre science- fiction et réflexion sur ce qui nous attend -peut-être - dans une dizaine d'années.......J'ai beaucoup aimé, et la couverture est magnifique ce qui ne gâche rien.

Merci beaucoup aux Editions DENOEL.

denoel

Note : 8.5/10

Livre lu dans le cadre du

Challenge ABC 2015 : Lettre B

ABC2015