cité

LA CITE DES JARRES d'Arnaldur INDRIDASON - Traduction d'Eric BOURY - 2005 - Editions POINTS 2006- 327 pages

Ce qu'en dit l'éditeur

Un nouveau cadavre est retrouvé à Reykjavik. L'inspecteur Erlendur est de mauvaise humeur : encore un de ces meurtres typiquement islandais, un " truc bête et méchant "
qui fait perdre son temps à la police... Des photos pornographiques retrouvées chez la victime révèlent une affaire vieille de quarante ans. Et le conduisent tout droit à la " cité des Jarres ", une abominable collection de bocaux renfermant des organes...

******************************

Les premières phrases

Les mots avaient été écrits au crayon à papier  sur une feuille déposée sur le cadavre. Trois mots, incompréhensibles pour Erlendur.

Le corps était celui d'un homme qui semblait avoir dans les soixante dix ans.

**************************

Première enquête du commissaire Erlendur, La Cité des Jarres est la cinquième que je viens de lire et certainement celle que j'ai préférée.

 On retrouve le cadavre d'un vieil homme, assassiné dans son appartement d'un coup de cendrier sur la tête, et sur son corps un message : "Je suis lui". Est-ce l'oeuvre d'un fou ? Un crime gratuit ? Celui d'un rôdeur ? d'un illuminé ? Et à quoi correspond cette photo représentant la tombe d'une petite fille retrouvée cachée dans un tiroir. L'homme était chauffeur routier, solitaire. Il ne recevait jamais personne, mais en fouillant un peu, Erlendur découvre vite que l'individu avait un passé chargé. De fil en aiguille, une piste va le mener jusqu'à la cité des jarres, ce local de l'hôpital où sont gardés les bocaux contenant les organes prélevés sur les cadavres. 

Erlendur va mener l'enquête tout en se débattant avec les soucis qui empoisonnent sa vie privée : père divorcé, ses deux enfants sont toxicomanes. Eva Lind, sa fille essaie de se rapprocher de lui, mais il a du mal a trouver les bons mots et les bons gestes envers celle qu'il n'a pas vu grandir. Il patauge dans son enquête, il dort tout habillé, mange mal et le cadre dans lequel il évolue n'est pas fait pour lui remonter le moral. En automne, à Reykjavik, il pleut sans cesse, sauf quand il neige, le vent souffle et il fait froid. Bref, tout est sombre dans ce thriller et ce que va découvrir l'inspecteur Erlendur, bien aidé par Sigurdur Oli et Elinborg, les membres de son équipe, va le plonger encore un peu dans le sordide.

J'ai une certaine affection pour ces thrillers nordiques ou le cadre et les personnages ont autant d'importance que l'intrigue. Ici on découvre un pays dont les habitants ne se confient pas beaucoup, où les communications aussi bien géographiques qu'humaines sont parfois difficiles et l'atmosphère un peu glauque à cause du climat. L'intrigue manque un peu de force et le dénouement est un peu prévisible, mais j'ai aimé tout ce qu'il y avait autour : la personnalité des personnages, l'absence de violence, et comme à chaque lecture j'ai plongé directement dans l'ambiance que l'auteur sait si bien évoquer.

En bref

Un bon Indridasson, bien écrit et agréable à lire.

stars-10stars-4

Challenge Les Couleurs de l'été

couleurs

 

Challenge Petit bac 2016 : Objet

107416690