couv62013335

COMPARTIMENT POUR DAMES d'Anita NAIR - Traduction de Marielle MORIN - 2004 - Editions PICQUIER POCHE - 450 pages

Ce qu'en dit l'éditeur

Un jour, Akhila décide de partir vers l'extrémité sud de l'Inde, là où se rencontre l'océan Indien, la baie du Bengale et la mer d'Arabie, pour faire le point sur une vie qu'elle a l'impression de n'avoir pas vécue. Dans le train qui la conduit à destination, elle fait la connaissance de ses compagnes de voyage, avec lesquelles elle va partager toute une nuit l'intimité d'un compartiment pour dames. A travers leurs confidences Akhila cherche la réponse aux questions qu'elle se pose : une femme a-t-elle vraiment besoin d'un homme pour être heureuse, pour se sentir épanouie ? Comment trouver en soi la force de vivre la vie qu'on a choisie, de redevenir maîtresse de son destin ?

****************************

Les premières phrases

"C'est ainsi depuis toujours : l'odeur d'un quai de gare, la nuit, fait naître en Akhila l'envie de s'évader.

Le long corridor de béton qui se déroule dans la nuit, ponctué par des panneaux et par l'alternance de l'ombre et de l'éclairage de la gare. Le mouvement des aiguilles d'une pendule qui donne un rythme d'urgence au vacarme des écrans de télévision suspendus et au grincement des chariots chargés de paniers et de sacs.

************************

Akhila, 45 ans, a jusqu'alors sacrifié sa vie pour ses proches. D'abord, à la mort de son père, elle est devenue le chef de famille. Puis quand ses deux frères et sa soeur ont pu quitter le domicile familial, elle a du s'occuper de sa mère, vieillissante ; et enfin après la mort de celle-ci, comme il n'est pas bien vu dans cette société qu'une femme vive seule, elle a du supporter de partager son domicile avec sa soeur et la famille de celle-ci. Et au fil des ans et des événements, elle a renoncé à avoir une vie à elle. Pourtant Akhila gagne bien sa vie, elle est intelligente et puisqu'elle a été chef de famille très jeune elle sait prendre des décisions et elle est consciente des réalités de la vie quotidienne. La situation lui est devenue de plus en plus pénible. Elle est tiraillée entre ce que lui impose sa famille et la société et son désir de femme libre, indépendante. Pour faire un peu le point sur sa vie et peut être trouver la solution, elle décide d'aller passer quelques jours dans une petite ville à l'extrême sud de l'Inde : "là où trois mers se rencontrent. La baie du Bengale, l'Océan indien et la mer d'Arabie". Pour cela elle prend le train de nuit et va devoir partager son compartiment avec cinq  femmes inconnues, certaines plus âgées qu'elle, certaines plus jeunes. Elle a bien l'intention de faire la connaissance de ses compagnes de voyage et ainsi d'avoir un aperçu de ce qu'est leur existence.

Elles vont prendre la parole tour à tour et raconter des bribes de leurs vies, se confier leurs secrets dans l'intimité de ce compartiment, oser se livrer à des inconnues qu'elles ne reverront jamais. Elles sont de classes sociales et de religion différentes. Il y a Janaki, une femme âgée dont le mari voyage dans le compartiment voisin, Prabha Devi épouse d'un bijoutier, Margaret, professeur de chimie qui a pris son mari en grippe et ne cesse de le tourmenter, Sheela une toute jeune fille et enfin la cinquième Marikolanthy: fille mère, appartenant à une des plus basses classes de la société. Honteuse de sa condition, elle ne se livrera à Akhila que lorsque toutes les autres femmes seront endormies.

A travers le portrait de ces six femmes toutes différentes de par leur âge, leur classe sociale ou leur religion, l'auteure nous fait pénétrer au coeur de la société indienne encore paralysée par les traditions. Mais elle nous fait également nous retourner sur nos propres vies. Pourquoi n'avons nous pas pris telle ou telle décision quand il était encore temps ? Pourquoi n'avons nous pas osé prendre le tournant nécessaire pour changer notre vie ?

En bref

Un roman qui nous éclaire un peu plus sur la condition des femmes en Inde.

stars-10stars-2