jeux

JEUX DE VILAINS d'Iben MONDRUP - Traduction de Caroline BERG - AOUT 2016 - Editions DENOEL - 336 pages

Ce qu'en dit l'éditeur

Godhavn est une petite ville sur l’île de Disko, située à l’ouest du Groenland. C’est là que s’est installée une famille danoise avec trois enfants qui, chacun à leur manière, tentent de trouver leur place dans cette petite communauté du bout du monde, où cohabitent trappeurs, pêcheurs et chiens de traîneaux faméliques. L’environnement hostile et le climat particulièrement rude ne facilitent pas leur intégration. Il y a Bjørk la fille cadette, capricieuse, égoïste et solitaire, Knut le garçon vulnérable et sensible, et leur grande sœur Hilde, la prunelle des yeux de leur père. Celle-ci tombe amoureuse de Johannes, un garçon de l’île, sauvage et imprévisible. Johannes se lie d’amitié avec la famille, et se retrouve au cœur d’événements violents et inattendus. Iben Mondrup se penche sur la vie secrète des enfants, dont elle dévoile avec poésie, force et émotion les secrets les mieux gardés et les désirs les plus inavouables.

******************************

Les premières phrases

Elle ferme la porte derrière elle. "Voilà on est seuls, annonce-t-elle, plus besoin de parler tout bas"

Elle s'adresse au garçon qui est avec elle dans la pièce. Il ne tient pas en place. Il a l'air de vouloir s'enfuir et pourtant il se glisse sous la couette.

******************************

 A Godhavn, sur la petite ile de Disko située non loin des côtes du Groenland, au milieu de la communauté groenlandaise, vivent quelques familles danoises. Celle des trois enfants que nous allons suivre en fait partie. C'est la fin des vacances scolaires et ils reviennent du Danemark la veille de la rentrée des classes.

La plus jeune, c'est Bjork : une petite fille de huit ans, pleine d'énergie, égoïste comme tous les enfants de son âge. Elle vit sa vie d'enfant sans retenue, avide de nouvelles connaissances et de nouvelles expériences. Ensuite vient Knut. Ce garçon au tout début de l'adolescence est plutôt renfermé, très sensible et même s'il partage beaucoup de complicité avec sa petite soeur qu'il aime tendrement, il peine à trouver sa place à la fois au sein de sa famille mais aussi de cette communauté où les gens sont aussi rudes que le climat. Et enfin c'est Hilde, la fille aînée. A quatorze ans elle est au seuil de la vie d'adulte, elle découvre les premières amours, les premières jalousies. Elle est très attachée à son père dont elle est la préférée, mais aussi à son environnement, au point qu'elle refuse de partir au Danemark pour poursuivre ses études. C'est une jeune fille qui n'a peur de rien, amatrice de longues journées de chasse sur la banquise avec son père et de courses en traîneau.

Ce sont ces trois enfants qui nous introduisent sur cette petite île et dans la vie de leurs habitants. C'est une vie rude et presque austère. Le froid y est glacial pratiquement toute l'année et l'hiver n'est qu'une longue nuit durant laquelle le soleil ne fait qu'une courte et pâle apparition. Il faut économiser l'eau, et la nourriture est constituée presque exclusivement du produit de la pêche, ou de viande de phoque. Les habitants étant peu nombreux, tout le monde sait tout sur tout le monde, les potins vont bon train, les suppositions aussi. Il y a peu de distractions, à part les fêtes organisées chez les uns où chez les autres, le travail est rare et la plupart des familles ne reste pas longtemps sur l'île, pressées de retourner au Danemark. Pendant une année, Bjork, Knut et Hilde nous relatent les mêmes événements, qu'ils vivent chacun d'une manière différente et nous livrent ainsi leurs sentiments et leurs émotions.

Un des points forts de ce roman, c'est sa construction. L'auteur a bâti son récit en trois parties, chacune consacrée à un des enfants. J'ai trouvé particulièrement intéressant d'avoir le point de vue de chacun sur ce qui se passe autour d'eux et sur ce qu'ils vivent individuellement. C'est un roman à la fois sensuel, tendre et dur. Avec les habitants de Godhavn, on ressent le froid glacial, on entend le hurlements des chiens de traîneau et on sent l'odeur de la viande de phoque bouillie, omniprésente. Au résultat c'est une très jolie histoire que nous narre l'auteur avec beaucoup de tendresse et de poésie.

En bref

Une histoire tendre et touchante. On y apprend aussi beaucoup de choses sur la vie dans cette région polaire.

stars-10stars-6

 

9442685

Vue de Godhavn

 

denoel