pluie

UNE PLUIE SANS FIN de Michael FARRIS SMITH - Traduction de Michelle CHARRIER - 2015 - Editions SUPER HUIT - 439 pages

Ce qu'en dit l'éditeur

Après des années de catastrophes écologiques, le sud des États-Unis, de la Louisiane à la Floride, est devenu un véritable no man’s land. Plutôt que de reconstruire sans cesse, le gouvernement a tracé une frontière et ordonné l’évacuation de la zone. Au sud de la Ligne se trouve désormais une zone de non-droit ravagée par les tempêtes et les intempéries incessantes – sans électricité, sans ressources et sans lois.

Cohen fait partie des rares hommes qui ont choisi de rester. Incapable de surmonter la mort de sa femme et de l’enfant qu’elle portait, il tente tant bien que mal de redonner un sens à sa vie, errant sous une pluie sans fin. Des circonstances imprévues vont le mettre en présence d’une colonie de survivants, menée par Aggie, un prêcheur fanatique hanté par des visions mystiques. Celui-ci retenant contre leur gré des femmes et des enfants, Cohen va les libérer et tenter de leur faire franchir la Ligne. Commence alors un dangereux périple à travers un paysage désolé, avec pour fin l'espoir d'une humanité peut-être retrouvée.

Prophétique, sans concession, portée par une langue incantatoire, cette histoire de rédemption aux accents post-apocalyptiques révèle un auteur de tout premier ordre. Une pluie sans fin est de ces romans qui continuent de hanter leur lecteur bien après la dernière page.

*************************************

Les premières phrases

" Il pleuvait depuis des semaines. peut être des mois. Cohen avait oublié à quand remontait le dernier jour sans pluie, quand la tempête avait cédé devant le bleu pâle du ciel marin, les vols d'oiseaux, les nuages blancs, l'éclat du soleil sur le paysage détrempé."

************************

L'ouragan Katrina n'était qu'un avertissement ! Si l'Homme continue à malmener la Nature, celle-ci va tout faire pour reprendre sa place. Cinq ans après, de tempêtes en tempêtes, le climat s'est définitivement déréglé et la pluie ne cesse que pour laisser place aux orages annonciateurs de pluies plus abondantes encore. Le gouvernement des Etats Unis a baissé les bras devant l'ampleur des catastrophes. Il a décidé de transformer le Sud du pays une sorte de no man's land et d'en faire évacuer la population. Tous ne lui ont pas obéit. Cohen fait partie de ceux là. Il a décidé de rester dans la maison qui fut témoin de son bonheur avec Elisa, puis de sa douleur quand celle-ci est morte alors qu'elle était enceinte de leur premier enfant. Mais pour survivre dans cette zone de non-droit, il faut savoir se battre, se cacher et souvent fuir devant les bandes de pillards ou les bêtes sauvages. Les vents sont tellement forts que les maisons sont soufflées comme des châteaux de cartes, ce qu'il reste de route disparaît peu à peu sous les inondations, les ponts s'écroulent sous la violence des flots. Bref, la vie dans cette zone de non droit n'est pas une sinécure ! Alors qui sont les hommes qui malgré tout ont décidé de rester ? Cohen va en croiser quelques uns sur sa route  et ces rencontres vont le forcer à abandonner sa solitude et à lui donner envie d'un ailleurs.

La grande force de ce roman est incontestablement l'ambiance qui s'en dégage. A eux seuls, le vent, la pluie qui tombe sans arrêt, les orages mettent les nerfs du lecteur à vif. Et par dessus tout : la peur qui est présente à tout moment. Peur de se faire agresser, tuer surtout ; peur de ne pas trouver à manger ou à boire ; peur de se faire entraîner par les flots, de se noyer. On vit tout cela avec Cohen et ses compagnons.

L'auteur a du reste très bien su cerner ses personnages. Ce sont tous des hommes et des femmes ordinaires plongés dans un monde de cauchemars et confrontés à ce qu'il y a de pire dans le genre humain et dans la nature. Et si certains se décident enfin à partir, à passer au-delà de la Limite, ils s'aperçoivent vite que c'est encore plus difficile que de rester. Rien ne sera épargné à Cohen et à ceux qu'il a pris sous son aile après les avoir délivré du fanatique Aggie. Avec Mariposa, une très jeune créole qui a passé son enfance auprès d'une grand mère pratiquante du vaudou et Evan un ado qui s'applique à protéger son petit frère il va entreprendre un long périple à travers les terres inondées sans savoir où se situe réellement la Limite.

Il n'y a pas vraiment d'intrigue dans ce récit, simplement une suite d'épreuves et de péripéties que vivent des hommes et des femmes dans un enfer liquide. Une lutte permanente pour tenter de s'en sortir, avec en filigrane l'espoir d'un autre avenir.

En Bref

Un roman terrible, sombre, angoissant mais passionnant. A lire absolument si vous aimez les récits post-apocalyptiques.

stars-10stars-9

Challenge ABC 2016 : lettre F