peau

QUI VEUT LA PEAU D'IMOGEN TATE ? de Lucy SYKES et Jo PIAZZA - Traduction de Christine BARBASTE - Juin 2016 - Editions STOCK -

409 pages.

Ce qu'en dit l'éditeur

Imogen Tate, 42 ans, rédactrice en chef du magazine Glossy, est une véritable légende dans le milieu de la mode. De la vieille école, elle peut compter Alexander Wang ou Diane von Fürstenberg parmi ses proches mais elle n’a jamais envoyé un tweet de sa vie.
Après un long arrêt maladie, elle trouve son ancienne assistante, Eve Morton, aux commandes de son précieux magazine. Armée de son iPhone, d’un diplôme d’Harvard et d’une ambition démesurée, Eve est bien décidée à transformer le numéro de septembre en appli et à évincer les dinosaures de l’équipe.
Pour Imogen, le temps est venu de s’adapter si elle ne veut pas devenir une arrière-pensée…

******************************

Les premières phrases

La jeune et jolie rédactrice adjointe s'agitait sur sa chaise, croisait et décroisait ses jambes nues, tapotait du pied. Elle était nerveuse. Sa jupe crayon en bouclé noir n'était-elle pas un peu courte pour le premier rang ?

*****************************

Imogen Tate revient d'un long congé maladie de six mois, le temps de se remettre d'un cancer du sein. A sa grande stupéfaction tout est en train de changer chez Glossy. Il a été décidé que le somptueux magazine de mode disparaisse des kiosques pour devenir une appli numérique permettant aux internautes d'acheter instantanément les modèles présentés. Et pire encore, l'instigatrice de cette transformation n'est autre qu'Eve Morton, l'ancienne assistante d'Imogen, partie deux ans auparavant pour décrocher un diplôme à Harvard. Imogen a beau être la rédactrice en chef de Glossy, elle n'a aucune idée de ce qu'est un hashtag, n'a ouvert un compte Facebook que quelques mois auparavant et ne s'en sert du reste que pour surveiller de loin celui de sa fille de dix ans. Elle ne comprend pas du tout l'utilité des réseaux sociaux. En bref, pour les arrivistes de la génération d'Eve, elle n'a absolument pas le sens des affaires, elle est un véritable dinosaure ! La pauvre Imogen va avoir toutes les peines du monde à garder confiance en elle tellement Eve va lui mettre des bâtons dans les roues et va s'acharner à dresser les autres assistantes contre elle.

Même si j'ai bien apprécié ce récit, j'ai trouvé que les personnages manquaient un peu de nuances : Imogen est un peu trop parfaite et Eve un peu trop égoïste et hystérique. Et surtout j'ai du mal à croire qu'en 2015 une femme de 42 ans peine à se servir des outils numériques. Elle permet à sa fille de dix ans d'avoir un compte Facebook, alors qu'elle même ne sait pas s'en servir : il est vrai qu'elle délègue pas mal de choses concernant ses enfants à la babysitter..... On a l'impression que son arrêt maladie n'a pas duré six mois, mais au moins six ans ! Ou mieux qu'elle n'a pas quarante deux ans mais quatre vingt !

Malgré ces défauts et ces invraisemblances, j'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce livre. Bien que les ficelles soient un peu grosses les thèmes de la différence entre générations et celui de l'intrusion de la technologie dans la vie privée sont intéressants. On compatit aux désarrois d'Imogen, même si parfois on a envie de la secouer un peu, et surtout on adore détester Eve et rire de ses excès.  C'est un récit impertinent et très drôle, quelque fois même révoltant.....C'est vif et enlevé, il y a même une petite intrigue secondaire qui met en scène la fille d'Imogen harcelée sur Facebook.

En bref

L'humour et la vivacité du récit ont réussi à me faire mettre de côté ses défauts ; ça se lit vite et facilement : un bon moment de lecture.

"Tout parait bien mieux que dans la réalité, sur Instagram, n'est-ce pas ? N'est-ce pas la raison d'être des réseaux sociaux.....projeter une version de celui ou celle que nous aimerions être ?"  P. 379

stars-10stars-4

 

logo-stock