canni

CANNIBALE de Didier DAENINCKX - 1998 - Editions FOLIO (2001) - 108 pages

Ce qu'en dit l'éditeur

1931, l'Exposition coloniale. Quelques jours avant l'inauguration officielle, empoisonnés ou victimes d'une nourriture inadaptée, tous les crocodiles du marigot meurent d'un coup. Une solution est négociée par les organisateurs afin de remédier à la catastrophe. Le cirque Höffner de Francfort-sur-le-Main, qui souhaite renouveler l'intérêt du public, veut bien prêter les siens, mais en échange d'autant de Canaques. Qu'à cela ne tienne ! Les « cannibales » seront expédiés.

*************************************

Les premières phrases

" En voiture la vitesse émousse les surprises, mais il y a bien longtemps que je n'ai plus la force de couvrir à pied les cinquantes kilomètres qui séparent Poindimié de Tendo. Le sifflement du vent sur la carrosserie, le ronronnement de la mécanique, effacent les cris des roussettes perchées au sommet des niaoulis."

*********************************

Le récit débute en Nouvelle Calédonie à la fin du siècle dernier alors que les affrontements entre les opposants et les partisans de l'indépendance faisaient rage, avant que les deux camps décident de négocier et de signer un accord. Alors qu'ils tiennent un barrage dressé en travers d'une route de campagne, Gocéné un vieil homme, raconte à ses deux jeunes compagnons comment, contraint par l'armée française, il a été envoyé en France en 1931 afin de "participer" à l'Exposition Coloniale. Ils étaient tout un groupe, hommes et femmes, à qui on avait promis un agréable séjour en France contre des représentations de leurs chants et de leurs danses. Arrivés sur les lieux, ils ont été parqués dans des cages comme des animaux, contraints à revêtir des pagnes qui les laissaient à moitié nus et à pousser des grognements et des cris de bêtes sauvages qui effrayaient les visiteurs. Quand Gocéné apprend qu'une partie du groupe a été emmené pour une destination inconnue, il n'hésite pas, et en compagnie de son ami Badimoin, part à leur recherche à travers Paris.

Ce court récit s'inspire de faits réels. En 1931, l'Exposition Coloniale était sensée représenter la grandeur de la France en exposant aux yeux des visiteurs l'étendue de ses possessions à travers le monde. Chacune avait son pavillon et ses habitants qui proposaient des animations au public : artisans, chanteurs, danseurs......En fait les indigènes étaient montrés comme de véritables sauvages, plus proches des animaux que de l'Homme. On leur lançait des bananes, des cacahuètes, et même des cailloux pour voir leur réaction.

Basé sur des événements datant de presque un siècle, ce récit évoque des thèmes malheureusement encore très actuels : le racisme et l'intolérance. Sous prétexte de permettre aux visiteurs de "faire le tour du monde en un jour", le but de cette exposition n'était il pas de montrer la supériorité de la France et de l'Homme blanc et l'importance du colonialisme ? La culture, les traditions de ces peuples sont tout simplement ignorées, voire même bafouées. Cannibale nous donne un bon aperçu de la mentalité des français de cette époque. Si l'histoire se déroule sur fond de racisme, les thèmes de l'amitié et de la fidélité y tiennent une bonne place : Gocéné et Badimoin feront la connaissance de Fofana le sénégalais qui les aidera à trouver leur chemin dans la capitale.

Ce petit livre d'à peine plus de cent pages se lit très vite et très facilement, mais si j'ai apprécié les détails concernant cette période historique, je n'ai pas été vraiment passionnée par le récit ni émue par les personnages.

En Bref

Intéressant, mais sans plus.

stars-10stars-2-0stars-3-0

Challenge ABC 2016 : lettre D

abc2016