profanation

PROFANATION de Jussi ADLER OLSEN - Traduction de Caroline BERG - 2012 - Editions FRANCE LOISIRS - 586 pages

Ce qu'en dit l'éditeur

Sur le bureau de Mørck, le dossier d’un double meurtre impliquant une bande de fils de famille, innocentée par les aveux « spontanés » de l’assassin. Mais très vite l’inspecteur s’aperçoit que l’affaire, hâtivement bouclée, comportait des zones d’ombre. Quel rôle ont vraiment joué, il y a vingt ans, trois des hommes les plus puissants du Danemark ?
Cercles très fermés des milieux d’affaires, corruption au plus haut niveau, secrets nauséabonds de la grande bourgeoisie… 
Adler Olsen mêle à la perfection suspense implacable et regard acerbe sur son pays.

************************************

Les premières phrases

"Un nouveau coup de feu éclate au-dessus des arbres.

Le cri des rabatteurs sont tout près à présent. Son pouls bat plus fort dans ses tympans et l'air humide remplit ses poumons si vite et avec tant de violence qu'ils lui font mal."

******************************

Profanation est le deuxième volet des enquêtes du département V. J'ai lu le premier Miséricorde il y a quelques temps et je l'avais beaucoup aimé. J'attendais beaucoup de cette suite et pourtant j'ai été grandement déçue.

Cette fois-ci, c'est sur un dossier vieux de vingt ans que vont se pencher Carl Morck et Assad. Au grand dam de leur chef Marcus et du reste de l'équipe qui trouvent que Carl perd son temps. En effet, le dossier est clos, un homme a fait des aveux à l'époque et purge sa peine de prison. Mais il y a des éléments qui intriguent le policier. L'affaire semble avoir été traitée bien vite, les aveux du jeune homme ayant innocenté une petite bande de jeunes gens issus de familles riches et influentes. Ceux-ci sont maintenant bien établis dans la société, hommes d'affaires puissants et reconnus, à qui tout est permis sans aucune limite. A part Kimmie la seule fille du groupe qui parait avoir disparu de la circulation. A moins que ce soit elle la SDF que l'on voit parfois errer dans le quartier de la gare.....Aidé d'Assad et de Rose leur nouvelle secrétaire, Carl va se pencher sur l'affaire, tout en essayant d'avoir une vie privée normale entre son fils adolescent, son locataire et surtout Mona Ibsen, la psy, qui continue de refuser ses avances.

Autant j'ai aimé retrouver les personnages principaux : Carl Mock fidèle à lui-même : décalé et irascible, un peu dépressif, Assad qui se présente maintenant comme "assistant d'inspecteur de police", et faire la connaissance de Rose qu'on leur a adjointe comme secrétaire, autant j'ai été déçue par l'intrigue. Elle n'est pas vraiment mauvaise mais j'ai eu l'impression que l'auteur noyait le suspense dans des détails inutiles. Je me suis franchement ennuyée pendant les trois quarts du récit. J'ai même pensé par moments que je ne réussirai jamais à aller jusqu'au bout....Le portrait que l'auteur fait des criminels est forcé, outré. Il nous les rend particulièrement antipathiques. A tel point qu'ils deviennent presque caricaturaux et qu'on a du mal à y croire. La seule qui m'ait vraiment intéressée est Kimmie parcequ'elle garde un certain mystère jusqu'à la fin, l'auteur nous dévoilant peu à peu son passé. Les autres ne sont que le mal à l'état pur. De plus les noms à consonance nordique ne sont pas faciles à retenir et j'étais sans cesse en train de revenir en arrière pour essayer de comprendre qui était qui. Heureusement, la fin pleine de rebondissements rattrape un peu le reste (mais seulement un peu ...).

Le troisième volet Délivrance, est dans ma PAL, donc je vais le lire, mais c'est la dernière chance que je donnerai à Jussi ADLER OLSEN....

En Bref

Une grosse déception.

stars-10star 01star 0