DOCKS

L'AUTRE COTE DES DOCKS (Visitation Street) de Ivy POCHODA - Traduction de Adélaïde PRALON - 2013 - Editions LIANA LEVI - 352 pages

Ce qu'en dit l'éditeur

Red Hook. L’ancien port de New York, l’ancien quartier des dockers. Une langue de terre tout au sud de Brooklyn, là où l’East River se jette dans la baie. L’horizon y est délimité par la ligne des gratte-ciel de Manhattan. C’est là que les jeunes aimeraient vivre, de l’autre côté des docks. Blancs ou Noirs, habitants du front de mer résidentiel ou des cités, les gens du quartier passent leurs soirées d’été à traîner dans les bars, écouter du rap, boire sans retenue et rêver d’aventure. Une nuit d’été, June et Val, deux adolescentes inséparables, décident de mettre leur canot pneumatique à l’eau sans imaginer que cette dangereuse expédition va changer leur destin et celui du quartier.

********************************

Les premières phrases

L'été est une fête pour tous les autres. L'été appartient aux jeunes branchés fraîchement installés qui sortent en masse du bar en bas de la rue, avec leurs baskets usées et leurs jeans tachés de peinture. Aux familles portoricaines, avec leurs barquettes d'aluminium remplies de viande, qui envoies des signausx de fumée dans les airs. Et même aux vieux assis devant l'association des anciens combattants, qui regardent le quartier  défiler sous leurs yeux.

********************************

Red Hook est un quartier de Brooklyn à New York, une langue de terre coincée entre la baie où se jette l'East River et une voie à grande vitesse qui le coupe du reste de la ville. D'un côté les docks abandonnés de cet ancien port, de l'autre les cités et quartiers populaires. Au centre Coffee Park, lieu de rencontre de la population cosmopolite qui compose le quartier.

Un soir d'été, alors que tous sont écrasés de chaleur, Valérie et June, deux adolescentes de quinze ans qui s'ennuient ferme décident de prendre leur petit bateau gonflable pour trouver un peu de fraîcheur le long de la baie. Le lendemain, c'est Jonathan un professeur de musique qui passe ses nuits à boire dans le bar du quartier, qui retrouve Val, inconsciente, échouée sur les rochers. June quant à elle a disparu. Val, revenue à la vie se tait sur les causes de l'accident : elle ne se rappelle plus de rien. Les jours passent et June reste introuvable. Pourtant, il y a eu plusieurs témoins à la dérive du canot. Mais dans cette ville où le racisme sévit, personne n'ose rien dire et surtout pas Cree, un jeune noir.

Le personnage principal du roman est sans aucun doute Red Hook et le drame subi par les deux adolescentes n'est que le prétexte pour pénétrer ce quartier et faire la connaissance de ses habitants. L'autre côté des docks n'est pas un thriller, mais plutôt une chronique noire d'un quartier qui essaie de survivre tout en conservant son identité. L'accident des deux filles émeut tous les habitants, chacun se pose des questions et peu à peu des secrets vont être révélés.

Parmi les nombreux personnages qui peuplent ce récit, il y a Fadi, l'épicier libanais qui aimerait que sa boutique soit un lieu d'échanges pour les gens du quartier et qui attend que la fortune vienne avec l'arrivée du Queen Mary dans le port. Jonathan, le professeur, fils d'une star de Music Hall, qui essaie de noyer ses souvenirs et sa culpabilité dans l'alcool, Cree qui rêvait de partir en bateau avec son père mais dont les rêves ont été brisés par la mort de ce dernier. Il y a aussi Ren le jeune taggueur qui tente de transformer la grisaille du quartier avec ses dessins pleins de couleurs et protège Cree et sa famille ; Gloria la mère de Cree qui parle avec les morts et Monique sa nièce qui elle aussi commence à entendre des voix. Tous ces êtres rêvent d'une vie meilleure, d'un départ vers d'autres cieux, ou simplement d'une meilleure entente au sein de la petite société qui peuple ce quartier déshérité ; mais aucun - à part peut être l'un d'entre eux- ne sait comment s'y prendre.

Ivy Pochoda a vécu à Red Hook, elle en a bien saisi l'âme et réussit à merveille à en reproduire l'ambiance : les docks abandonnés, les vieux navires qui rouillent sur la berge, Coffee Park grouillant d'une foule cosmopolite les jours de fêtes, sur lequel planent les odeurs de barbecue, les cités où il est parfois dangereux de pénétrer, les bars enfumés où les hommes noient leur ennui et leur misère dans l'alcool : tout cela est tellement bien décrit que le lecteur entre sans peine dans ce microcosme et s'y sent presque comme chez lui.

En bref

Un beau roman choral - Dennis Lehane parle d'un "grandiose opéra urbain" - teinté d'un brin de fantastique. 

stars-10stars-5

Challenge Petit Bac 2016 : Ponctuation

107416690

 

RH

sidewalksale100705_560