revers

LE REVERS DE LA MEDAILLE d'Olga LOSSKY - Janvier 2016 - Editions DENOEL - 298 pages

Ce qu'en dit l'éditeur

Fin des années trente. Pál est un jeune artiste hongrois, étudiant à la faculté des beaux-arts de Budapest. En quête de modèle pour un projet de médaille, il fait la connaissance d’une jeune pianiste, Erzsebet. Fasciné par sa beauté, il réalise son portrait. Avec cette esquisse, Pál espère remporter le prestigieux concours organisé par la Monnaie de Budapest. Mais les événements décident autrement de son destin et le prix obtenu n’est pas celui qu’il attendait… Les années ont passé. Installé à Londres, l’artiste – assisté de sa femme, la fidèle Nicky – est devenu l’un des médaillistes les plus renommés de son temps. Musiciens et hommes politiques le sollicitent pour immortaliser leurs traits. Après bien des personnalités illustres, c’est au tour du pape de lui commander une médaille à son effigie. Pál hésite, de peur de croiser dans les rues romaines le jeune homme qu’il a jadis été. Ainsi qu’il le craignait, cette rencontre avec le pape va l’entraîner dans un inéluctable processus de dévoilement. On retrouve dans Le Revers de la médaille la belle et captivante écriture d’Olga Lossky, qui nous plonge dans le destin d’un homme d’exception, marqué par son époque et prisonnier d’une histoire qui le hante.

*********************************

Les premières phrases

"Son regard oscillait entre le profil concentré d'Erzsebet et la feuille vierge du bloc, sur lequel il reproduisait les traits de la jeune fille à brefs coups de fusain. Il s'attardait peu sur un même dessis, tournant à intervalles rapides la page de son carnet pour y fixer une nouvelle esquisse, tandis que les doigts d'Erzsebet accrochaient les touches du piano."

*****************************

Pal est un jeune artiste hongrois plein d'avenir. Il veut être médailliste et pour cela suit des cours auprès d'un maître de renom. Quand il apprend qu'un concours est ouvert pour la création d'une nouvelle pièce de monnaie, il s'y inscrit sans en parler ni à son professeur ni à son entourage. Il sait que de nombreux artistes reconnus vont y participer et n'espère guère être sélectionné mais il aimerait avoir un avis objectif sur son talent. C'est pourtant sa médaille qui est reconnue comme la meilleure. Mais il y a un problème : Pal est juif et en 1939, il était impossible de mettre en valeur l'oeuvre d'un artiste juif, si doué soit il. N'espérant plus aucun avenir dans son pays il va s'exiler en Italie, puis en Angleterre où l'un de ses amis réside déjà. Les armées nazies entreront dans Budapest quelques jours après son départ. Dès lors sa vie va être complètement consacrée à son art. Il va être demandé par nombre de personnalités. C'est du reste quand il va accepter la commande du pape que sa vie va basculer.

Arrivé au sommet de son art vers la quarantaine, Pal ne le montre pas, mais il est hanté par son passé. Le jeune homme insouciant, romantique a fait place à un homme tourmenté, dépressif, parfois même suicidaire. Il s'est complètement replié sur lui même, se consacrant entièrement à son travail d'artiste, fuyant ses semblables et la réalité. C'est sa femme Nikkie qui s'occupe du quotidien et lui épargne ainsi tous les tracas qui nuiraient à son inspiration. Mais c'est elle aussi qui va le forcer à se confronter à son histoire, autant pour le sortir de ses cauchemars que pour tenter de découvrir le vrai Pal, celui d'avant leur rencontre.

L'auteure nous fait découvrir ici un pan de l'histoire de la Hongrie à travers Pal et sa famille ainsi que son travail de médailliste.C'est un métier, ou plutôt un art que je ne connaissais pas et que j'ai aimé découvrir même si l'auteure ne nous en livre qu'un aperçu. J'ai aimé aussi le personnage de Pal, sombre et torturé, préférant souffrir d'ignorer ce qu'était devenu sa famille plutôt que d'avoir la certitude que tous étaient morts. Il est sûr que cela l'aurait dévasté au point de l'empêcher de créer. S'il se consacre entièrement à son art, Nikkie, elle, est entièrement dévouée à l'artiste pour lequel elle a une grande admiration. C'est grâce à elle qu'il pourra sortir du carcan dans lequel il s'était enfermé lui-même et renaître à la vie.

La plume de l'auteure est belle, simple et entraînante. Olga Lossky nous raconte la vie de cet artiste sans pathos. L'espoir est sans cesse présent dans le récit malgré l'époque terrible dans lequel il prend racine.

En bref

Un roman que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire.

stars-10stars-4

Challenge ABC 2016 : lettre L

abc2016

Challenge petit Bac 2016 : Objet

107416690