LUMINEUSES

LES LUMINEUSES de Lauren BEUKES - Traduction de Nathalie SERVAL - Editions FRANCE LOISIRS - 2013 - 495 pages

Ce qu'en dit l'éditeur

1931, Chicago.
Traqué par la police, Harper Curtis, un marginal violent, se réfugie dans une maison abandonnée. A l'intérieur, il a une vision. Des visages de femmes, auréolés de lumière, lui apparaissent. Il comprend qu'il doit les trouver... et les tuer. Dans sa transe, Harper découvre que grâce à cette demeure, il peut voyager dans le temps. Débute alors sa croisade meurtrière à travers le XXe siècle : années 1950, 1970, 1990... D'une décennie à l'autre, il sème la mort sur son passage, laissant en guise de signature des indices anachroniques sur le corps de ses victimes.
Mais l'une d'elles survit aux terribles blessures qu'il lui a infligées. Et va tout faire pour le retrouver.

*************************************

Les premières phrases

17 Juillet 1974

Il serre le poney en plastique orange dans sa main moite, au fond de la poche de sa veste sport. Celle-ci est trop chaude pour la saison - c'est l'été ici. Mais avec le jean, elle fait partie de l'uniforme réservé à cet usage précis. Il marche à grands pas malgré son pied amoché, de l'allure d'un homme qui sait où il va. Harper Curtis n'est pas du genre à lambiner, et le temps n'attend pas. Enfin, le plus souvent.

*********************

Chicago dans les années 30. Harper Curtis un délinquant violent pourchassé par la police cherche un endroit pour se cacher. Il est comme guidé vers une maison abandonnée.  Là il découvre le cadavre d'un homme apparemment assassiné et à l'étage une chambre mystérieuse dans laquelle se trouve une valise remplie de billets, mais surtout un mur couvert de petits objets et de noms de femmes qu'il ne connaît pas ; pourtant il reconnaît son écriture. Ces noms de femmes brillent et exercent sur lui une forte excitation. Il voit leurs visages et il comprend tout de suite qu'il lui faut les tuer. Mais ses futures victimes ne vivent pas toutes à la même époque et c'est la maison qui va lui permettre de voyager dans le temps : quand il en sort, il lui suffit de penser fort à l'année où il veut se retrouver : entre 1931 et 1993. Il va pouvoir alors assouvir ses penchants meurtriers et devenir un terrible tueur en série. Voyageant dans le temps, il aurait pu être invincible. Mais il éprouve le besoin obsessionnel de revenir sur les lieux de ses crimes, et, surtout Kirby, l'une de ses victimes survit à ses blessures et devenue adulte mène l'enquête pour retrouver son agresseur.

L'originalité de ce roman est  qu'il oscille entre science-fiction et thriller. Dans la plupart de ceux-ci, les tueurs en série sont itinérants ; ici Harper se déplace non seulement dans l'espace, mais aussi dans le temps. Ses méfaits commis, il peut ainsi se réfugier dans l'époque de son choix. C'est ce qui va rendre l'enquête de Kirby si difficile quand elle découvrira qu'il y a eu de nombreuses victimes comme elle, mais dans une durée s'écoulant de 1931 à 1993.

Lauren BEUKES consacre chacun des chapitres du roman alternativement à Harper et à chacune de ses nombreuses victimes, mais sans souci de respecter la chronologie. On ne s'y perd pourtant pas grâce aux objets qu'Harper dérobe ou donne aux Lumineuses et qui les relient entre elles, formant ainsi une constellation comme figurée sur le mur de la chambre mystérieuse. Nous suivons les pas d'Harper - et ses crimes - et découvrons l'évolution du Chicago du vingtième siècle à travers les portraits de ces femmes et l'évocation de leurs conditions de vie.

Ce livre a été pour moi une belle découverte : un thriller passionnant qu'on a du mal à lâcher, mais aussi une évocation pleine d'émotion et de finesse de la condition féminine durant le siècle dernier, du racisme, de la famille......

En bref

A lire, ne serait-ce que pour changer des thrillers "classiques"

 

stars-10stars-8