Héritiers

LES HERITIERS DE LA MINE de Jocelyne SAUCIER - 2015 - Editions DENOEL - 222 pages

Ce qu'en dit l'éditeur

Notre famille est l’émerveillement de ma vie et mon plus grand succès de conversation. Nous n’avons rien en commun avec personne, nous nous sommes bâtis avec notre propre souffle, nous sommes essentiels à nous-mêmes, uniques et dissonants, les seuls de notre espèce. Les petites vies qui ont papillonné autour s’y sont brûlé les ailes. Pas méchants, mais nous montrons les dents. Ça détalait quand une bande de Cardinal décidait de faire sa place.
– Mais combien étiez-vous donc?
La question appelle le prodige et je ne sais pas si j’arrive à dissimuler ma fierté quand je les vois répéter en chœur, ahuris et stupides :
– Vingt et un? Vingt et un enfants?
Les autres questions arrivent aussitôt, toujours les mêmes, ou à peu près : comment nous faisions pour les repas, comment nous parvenions à nous loger, comment c’était à Noël, à la rentrée des classes, à l’arrivée d’un nouveau bébé, et votre mère, elle n’était pas épuisée par tous ces bébés?
Alors je raconte…
Eux, c’est la tribu Cardinal. Ils n’ont peur de rien ni de personne. Ils ont l’étoffe des héros… et leur fragilité.

**********************************

Les premiers mots

Quand le vieux hibou aux dents vernissées de nicotine a posé la question, j'ai cru que nous étions partis pour le folklore.

Je n'ai rien contre, j'adore ce moment où je sens que notre famille  se glisse dans la conversation et qu'on va me poser la question.

********************************

La famille Cardinal, forte de ses vingt et un enfants vit à Norco une petite ville minière de l'est du Canada. Le père est prospecteur. C'est lui qui a découvert la mine de zinc mais il n'est pas très doué pour les affaires et la famille Cardinal est pauvre, très pauvre.  Taciturne, il est rarement à la maison. La mère elle, est toute la journée aux fourneaux, sa plus grande préoccupation étant d'arriver à nourrir toute sa nichée. Il n'y a que la nuit, quand tous sont couchés, qu'elle fait le tour de tous ses enfants pour leur apporter un peu de tendresse. Les enfants grandissent un peu comme des sauvageons les grands s'occupant des petits. Laissés à eux-mêmes, ils passent leur temps à semer la terreur parmi les habitants du village. Ils sont très pauvres, mais n'échangeraient pour rien au monde l'insouciance et la liberté qui ont marqué leur jeunesse. "La pauvreté, tu sais, est une grande liberté. Quand on n'a pas à se battre pour la richesse et le pouvoir, il nous reste l'essentiel et c'est bien assez pour occuper une vie" . Puis au fil des ans, la famille se sépare. Plusieurs dizaines d'années plus tard, alors qu'ils n'entretiennent plus de relations entre eux, ils vont se retrouver à l'occasion de la remise d'une décoration à leur père. Et là, toute la famille étant réunie pour la première fois, il ne va plus être possible de garder ce secret enfoui au plus profond de chacun depuis longtemps.

C'est à travers les souvenirs de six des enfants devenus adultes que l'on va découvrir ce qui s'est réellement passé. Chacun raconte comment il a vécu, ou non, l'événement. Les uns savent certaines choses que les autres ignorent. Certains sont sûrs, ils ont vu. D'autres n'ont rien vu mais ils supposent. Personne n'a rien dit, aucune confidence n'a été faite : c'était trop subit, trop douloureux et tous portent en eux un grand sentiment de culpabilité.

Chaque chapitre correspond au récit d'un des enfants. Ce sont comme les pièces d'un puzzle qui une fois assemblées nous dévoilent toute l'histoire de cette famille. On ne sait pas toujours dès le début qui est celui qui parle, mais on le découvre au fur et à mesure de son récit. A travers la voix de ses personnages l'auteure nous fait découvrir avec beaucoup de pudeur l'univers de cette famille si nombreuse, si pauvre mais si heureuse, les liens qui unissaient les enfants les uns aux autres. Elle nous mènera au fil de leurs histoires vers la découverte du drame qui les a marqués et séparés durant de longues années.

La plume de Jocelyne Saucier est belle et fluide. Elle décrit ses personnages et les lieux où ils évoluent avec beaucoup de talent. Elle sait rendre ses personnages attachants et émouvants tout en entretenant une ambiance teintée de mystère. Une fois le livre refermé, j'aurai aimé que ma lecture se poursuive encore tellement je m'y étais immergée.

En bref

Un roman magnifique, bouleversant. Probablement celui que j'ai préféré de tous ceux que j'ai lu depuis le début de l'année.

Un grand merci aux Editions DENOEL

stars-10stars-9

Cette lecture entre dans le cadre du  :

Challenge Littérature du Froid : Canada

 

 


Au moment de les quitter, leur destin est entre leurs mains. À eux de savoir, à eux de choisir qui ils veulent être, séparément ou collectivement. Un très beau roman. - See more at: http://nourrituresentoutgenre.blogspot.fr/2015/06/les-heritiers-de-la-mine-jocelyne.html#sthash.BoKG3ZDm.dpuf
Jocelyne Saucier a en elle la magie des mots. Elle façonne ses personnages à l'image de leur environnement : ils sont secs, durs, et pourtant envoûtants. Aucune facilité ici. La douleur est présente, en permanence. D'abord, la douleur de perdre son innocence d'enfants, cette enchantement d'un temps à jamais révolu où les soucis n'avaient pas la même importance, aussi vite oubliés qu'arrivés. Ensuite, celle du drame qui se profile, drapé dans un voile d'ignorance fait pour protéger les plus faibles. Des choses sont tues. Un jour de juillet a été funeste. Que s'est-il donc passé qui nécessite tant de précautions ? Petit à petit, voix par voix, le voile va se lever. Et le lecteur de ressentir tout le déchirement et la perte d'un être cher. Car la fin de la mine, de la ville de Norco, va aussi sonner le glas de la famille Cardinal. Ce qui les unit va voler en éclats, suivis par des années d'incompréhension. Et la plume de l'auteur entraîne le lecteur toujours plus loin dans cet univers, ce monde qui se révèle à lui.

Au moment de les quitter, leur destin est entre leurs mains. À eux de savoir, à eux de choisir qui ils veulent être, séparément ou collectivement. Un très beau roman. - See more at: http://nourrituresentoutgenre.blogspot.fr/2015/06/les-heritiers-de-la-mine-jocelyne.html#sthash.BoKG3ZDm.dpuf
Jocelyne Saucier a en elle la magie des mots. Elle façonne ses personnages à l'image de leur environnement : ils sont secs, durs, et pourtant envoûtants. Aucune facilité ici. La douleur est présente, en permanence. D'abord, la douleur de perdre son innocence d'enfants, cette enchantement d'un temps à jamais révolu où les soucis n'avaient pas la même importance, aussi vite oubliés qu'arrivés. Ensuite, celle du drame qui se profile, drapé dans un voile d'ignorance fait pour protéger les plus faibles. Des choses sont tues. Un jour de juillet a été funeste. Que s'est-il donc passé qui nécessite tant de précautions ? Petit à petit, voix par voix, le voile va se lever. Et le lecteur de ressentir tout le déchirement et la perte d'un être cher. Car la fin de la mine, de la ville de Norco, va aussi sonner le glas de la famille Cardinal. Ce qui les unit va voler en éclats, suivis par des années d'incompréhension. Et la plume de l'auteur entraîne le lecteur toujours plus loin dans cet univers, ce monde qui se révèle à lui.

Au moment de les quitter, leur destin est entre leurs mains. À eux de savoir, à eux de choisir qui ils veulent être, séparément ou collectivement. Un très beau roman. - See more at: http://nourrituresentoutgenre.blogspot.fr/2015/06/les-heritiers-de-la-mine-jocelyne.html#sthash.BoKG3ZDm.dpuf