MOI

MOI, SURUNEN, LIBERATEUR DES PEUPLES OPPRIMES de Arto PAASILINNA - 2015 - Traduit du finnois par Anne COLIN du TERRAIL -

Editions DENOEL - 324 pages

Quatrième de couverture

Le très distingué professeur Surunen, membre finlandais d'Amnesty International, las de se contenter de signer des pétitions, décide de prendre les choses en main. Il s'en va personnellement délivrer les prisonniers politiques qu'il parraine en Macabraguay, petit pays d'Amérique centrale dirigé par un dictateur fasciste sanguinaire. Après le succès de l'évasion de cinq d'entre eux, et non sans avoir goûté à la torture des geôles locales, Surunen accompagne l'un de ses protégés jusqu'au paradis communiste, un pays d'Europe de l'Est baptisé la Vachardoslavie. Là, il découvre le triste sort d'une poignée de dissidents enfermés dans un asile psychiatrique, et s'emploie à les libérer à leur tour. Revisitant à sa façon Tintin au pays des Soviets, Paasilinna renvoie dos à dos les dictatures de tous bords avec une ironie mordante et un sens du burlesque accompli.

*************************************

Viljo Surunen et Anneli Immonen se sont rencontrés aux réunions de la section locale d'Amnesty International. Il est philologue, enseignant de langues vivantes à l'université d'Helsinki ; elle est maîtresse de musique. Tous deux sont de fervents militants et passent de longues soirées à écrire des lettres aux dictateurs pour leur demander de libérer les prisonniers politiques de leurs pays. Surunen parraine même un détenu au Macabraguay. Voyant que leurs lettres n'ont aucune suite, il décide de passer à la vitesse supérieure et de se rendre dans ce petit pays d'Amérique du Sud pendant ses vacances. Soutenu par son amie restée en Finlande, il en est certain, une fois qu'il sera sur place, il pourra délivrer son protégé. Ramon Lopez était professeur d'Université comme lui, et a été emprisonné, soupçonné de fomenter une révolte avec plusieurs centaines d'autres militants de gauche. Arrivé au Macabraguay, après être passé par la Russie, Surunen va devoir s'immiscer dans la société et trouver des ruses pour mener son entreprise à ses fins. Son aventure au Macabraguay ne lui suffira pas. Il se rendra ensuite dans un pays d'Europe de l'Est, la Vachardoslavie pour organiser la libération d'un autre prisonnier politique.

Dans ce récit composé de deux parties assez inégales - la première relatant les aventures de Surunen au Macabraguay, la seconde se situant en Vachardoslavie -, l'auteur tourne en dérision les régimes totalitaires, qu'ils soient de droite ou de gauche. A l'ouest, les camps de redressement où on laisse les prisonniers mourir de faim ou de maladies, les tortures physiques ; à l'est les internements dans des hôpitaux psychiatriques et les "médications forcées". Viljo Surunen est un peu naïf, sûr de son bon droit ; on pourrait dire presque "illuminé". Il ne doute pas de lui et de sa réussite ce qui lui donne beaucoup de culot et une bonne dose de courage. Il va vaincre toutes les embûches qui jalonnent sa route, survivre à la torture, échapper à la police sans vraiment s'en étonner et réussir tout ce qu'il entreprend. Il est entouré de personnages hauts en couleur, tout aussi déjantés que lui ; les situations dans lesquelles il se trouve ont beau paraître souvent tragiques, elles se révèlent finalement grotesques et désopilantes. Paasilinna nous fait sourire, parfois même rire grâce à son style humoristique, toujours vif et léger.

En bref

Un récit plein d'ironie et d'exubérance. Jubilatoire......

Merci aux Editions DENOEL

stars-10stars-5

Cette lecture entre dans le cadre du challenge

Petit Bac 2015 : Pronom personnel

petit bac