COYOTE

LE DERNIER COYOTE de Michael CONNELY - Traduit de l'américain par Jean ESCH - 2000 - Editions FRANCE LOISIRS - 452 pages.

Quatrième de couverture

Suite à une grave altercation avec son supérieur, le lieutenant Harvey Pounds, l'inspecteur Harry Bosch est mis en congé d'office et sommé de consulter une psychologue afin de maîtriser son agressivité : sa réintégration au sein de la police de Los Angeles en dépend. Harry Bosch commence par refuser le traitement, puis, poussé à bout par ses questions, révèle au Dr Hinojos le secret qui le hante : sa mère, Marjorie Lowe, une prostituée, a été tuée alors qu'elle allait enfin l'extraire du centre où, tout petit enfant, on l'avait placé après l'avoir séparé d'elle. Et, noeud du problème, l'enquête de police qui aurait pu l'aider à accepter la réalité de ce meurtre n'a pas abouti. Libéré par cet aveu, Harry Bosch comprend alors que, malgré l'interdiction d'enquêter qui le frappe, il doit retrouver celui qui lui a ravi l'amour de sa mère, et rouvre le dossier.

**********************************************

A une certaine époque, je suivais avec passion les enquêtes de l'Inspecteur Harry Bosh - pas toujours dans l'ordre. Le Dernier Coyote en est le quatrième volet.

Harry Bosch, toujours aussi incontrôlable et n'en faisant qu'à sa tête comme d'habitude, s'est mis dans une situation plutôt inconfortable. Il a agressé son supérieur, l'envoyant valser à travers la vitre de son bureau. La sentence est immédiate : il est suspendu et sommé de consulter une psychologue qui décidera s'il est apte psychologiquement à réintégrer la police ou non. La dernière enquête dont il s'était occupé avant sa mise en congé concernait le meurtre d'une prostituée. Et l'inactivité à laquelle il est contraint fait remonter en lui des souvenirs que jusqu'à maintenant il arrivait à repousser : sa propre mère Marjorie Lowe, une prostituée, a été assassinée il y a de cela trente cinq ans. Non seulement le meurtrier n'a pas été retrouvé, mais tout tend à prouver que l'enquête a été bâclée et que certains personnages haut placés ont été protégés. Officiellement, Bosch ne peut plus enquêter, mais rien ne va l'empêcher de faire la lumière sur la mort de sa mère. Il va reprendre l'enquête à zéro avec les moyens dont il dispose et remonter la piste jusqu'au meurtrier.

Comme dans toutes les séries -policières ou non - il y a parfois chez Michaël CONNELLY de très bons épisodes, et d'autres nettement moins bons. Le Dernier Coyote fait partie des premiers. On y découvre l'enfance d'Harry : orphelin à neuf ans, élevé une grande partie de sa jeunesse en foyer, on devine les souffrances qui ont fait de lui ce qu'il est : un homme torturé, caractériel, presque auto-destructeur. Son rôle d'inspecteur de police est toute sa vie : défendre les plus faibles, les plus opprimés, même s'il faut pour cela utiliser des méthodes pas très orthodoxes. Pour cet épisode l'auteur s'est sûrement inspiré de l'histoire de la mère de James Ellroy, mais il y a apporté sa touche personnelle. Le récit est partagé entre l'enquête que mène Bosch et ses séances chez la psychologue avec qui il refuse de collaborer au début, mais ces intermèdes ne cassent pas le rythme du récit : au contraire Bosch communique ses émotions et ses sentiments au lecteur grâce à ses entretiens avec le Dr Carmen Hinojos.

Avec Le Dernier Coyote, Michaël Connely signe un très bon polar. Comme à son habitude, il multiplie les fausses pistes et les suspects jusqu'au bouquet final.

En bref

Des individus louches qu'on adore détester, un Harry Bosch pas très en forme mais efficace, une liaison amoureuse qui se dessine : un des meilleurs ouvrages de l'auteur. Une fois commencé on ne peut plus le refermer.

stars-10stars-5

Cette lecture entre dans le cadre du challenge :

Petit Bac 2015 : Animal

petit bac