fer

DE FER ET D'ACIER (STEEL AND IRON -  1927) de Israël Joshua SINGER - Traduction du yiddidh de Monique CHARBONEL - Février 2015 - Editions DENOEL - 416 pages

Quatrième de couverture

Pologne, Première Guerre mondiale. Le soldat Benyomen Lerner a décidé de s’enfuir du front pour revenir dans sa ville natale, Varsovie. C'est en qualité de spectateur qu’il assiste désormais aux ravages de la guerre. Personnage ambigu et complexe, constamment tiraillé entre la peur et le goût de l’action, Lerner erre de nombreuses journées dans la ville qui l’a vu grandir, une ville ravagée par la pauvreté et les combats incessants. Il enchaîne les petits boulots clandestins, les combines entre réfugiés et déserteurs de guerre. Très vite, il se fait remarquer pour ses qualités de leader et son charisme. Les semaines passent… Varsovie est maintenant sous l’emprise allemande. Lerner travaille d’arrache-pied à la reconstruction du pont de Praga dans un camp où les conditions de travail sont terribles. Il parvient à organiser une mutinerie avec l’aide de ses camarades polonais et russes quand des épidémies meurtrières se propagent dans la ville. À travers Lerner, tour à tour déserteur et héros, lâche et victime, Singer dresse un portrait sidérant de réalisme du quotidien des habitants de Varsovie pendant la Première Guerre mondiale. De fer et d’acier est un roman poignant, unique, enfin publié en France.

*****************************

L'auteur

Israël Joshua Singer est né en Pologne en 1893 et mort aux Etats-Unis en 1944. Il est le frère aîné et mentor du prix Nobel de littérature Isaac Bashevis Singer. DE FER ET D'ACIER est son dernier roman inédit en français. Il s’agit pourtant de son premier roman, publié en 1927. Avant cette date, I. J. Singer avait écrit des formes courtes, nouvelles et reportages journalistiques. Plus tard, de 1932 à 1943, l’écrivain publiera cinq romans, dont Yoshe le fou et les Frères Ashkenazi.

*********************************

VARSOVIE : début de la première guerre mondiale. La Pologne est alors partagée entre l'Autriche, la Prusse et l'Empire Russe. Le récit commence alors que Benyomen Lerner, enrôlé dans l'armée russe et de retour momentané du front décide de déserter. Il se réfugie chez son oncle et sa tante qui l'ont élevé, mais bientôt, malgré l'amour qu'il partage avec sa cousine Gnendel, la cohabitation se révèle impossible et il doit se trouver une autre cache. En Août 1915 l'armée allemande envahit la ville et Benyomen est employé à la reconstruction du pont que l'armée russe a fait sauter pour couvrir sa retraite. Là, les hommes sont traités pire que des esclaves, pratiquement comme des animaux. Les sévices, les humiliations ne viennent pas seulement des militaires allemands : les ouvriers aussi s'insultent se battent, se volent entre eux.

"Lerner le soldat, le combattant, lui qui sur tous les fronts, dans les tranchées, avait toujours su défendre son territoire, ici, dans l'immense baraquement sombre, il n'arrivait pas à se débrouiller. C'était la première fois qu'il se trouvait en telle compagnie et il ne savait pas comment faire son trou, trouver sa place dans cette grande baraque sombre au sol recouvert de paille pourrie. La baraque était surpeuplée. L'air saturé d'odeurs de pieds, de linge souillé et de ronflements."

Il va alors s'enfuir après avoir contribué à déclencher une mutinerie et se retrouvera employé en tant qu'intendant d'un propriétaire terrien juif qui a entrepris de faire reconstruire son domaine par les réfugiés.

Le récit se termine alors que la révolution de 1917, à laquelle Benyomen va participer, éclate en Russie. On assiste donc à ses prémices. L'armée russe est vaincue, le peuple souffre, la misère règne. Dans DE FER et D'ACIER, I.J SINGER décrit avec beaucoup de détails et de réalisme l'ambiance qui règne à Varsovie et dans les campagnes avoisinantes à cette époque. Les réfugiés juifs sont chassés de villages en villages et terminent leur errance dans les rues de la capitale, en haillons, à moitié morts de faim, victimes de toutes les épidémies. Les ouvriers sont exploités, à peine payés, quelquefois maltraités jusqu'à la mort  Pendant ce temps ceux qui ont su préserver leur argent et leurs possessions intriguent pour les faire fructifier. L'ami d'hier était russe, il est vaincu : peu importe  celui d'aujourd'hui sera allemand : tous les moyens sont bons. Le déserteur Benyomen Lerner va essayer de tracer son chemin et trouver son destin dans cette jungle.

En bref

Un récit fort qui m'a beaucoup intéressée surtout par son côté historique et d'autant plus qu'on sait que l'auteur vivait à Varsovie durant cette période.

stars-10stars-4

Un grand merci aux EDITIONS DENOEL

denoel