renaissance

RENAISSANCE de Jean-Baptiste DETHIEUX - 2014 - Editions TAURNADA - 184 pages

Quatrième de couverture

Le psychiatre m'avait pourtant prévenu. Il ne fallait pas tenter cette plongée dans les abîmes, tout seul. Surtout pas ! Vouloir remonter le temps ou plutôt le dérouler sans l'aide d’un compagnon de route, d'un guide de haute montagne aguerri, grand connaisseur du terrain et de tous les pièges que représente cette virée dans les recoins de ma mémoire, c'était de la folie !

**************************************************

Jean Malenc, un homme bouleversé par le départ de sa femme et de sa fille se débat avec ses angoisses et ses questions. Cette souffrance l'a rendu en partie amnésique, mais son obsession est de retrouver Liz et Blanche qui ont disparu sans laisser de traces. Chaque jour il repose les mêmes questions aux mêmes personnes sans en garder le souvenir ; et le lendemain, il l'aura oublié. Il se souvient vaguement par moment qu'il a consulté un psy, mais n'arrive pas à intégrer cela dans son histoire. Entre cauchemars et hallucinations il essaie de garder la tête hors de l'eau. De mystérieux mails vont le mettre sur la piste de sa fille Blanche et le décider à mener son enquête lui-même puisque la police ne fait rien. Celle-ci va le mener dans une forêt de l'est de la France et le précipiter dans les souvenirs de son passé, lorsqu'il était enfant et que son père l'emmenait se promener dans les bois.

Dès le début, l'auteur ne nous laisse aucun doute : son héros est fou : "Fou je l'étais car hospitalisé, protégé de je ne sais quel danger  par les hauts murs de l'enceinte de la clinique spécialisée" : à partir de cela et dès la première page j'ai pensé que tout ce qu'il allait dire devrait être soumis à caution. Au fur et à mesure qu'il va raconter son histoire : la grave maladie de sa fille, la fuite de sa femme emmenant la petite loin de lui, j'ai très vite deviné tout ce qui s'était passé. Ce qui évidemment m'a enlevé tout intérêt pour l'intrigue. J'ai eu beaucoup de mal avec la première partie du récit : c'est vrai que les phrases parfois longues, parfois hachées traduisent bien l'égarement de Malenc, la montée de son angoisse, mais je n'ai pas pu entrer dans l'histoire. Je n'ai commencé à éprouver de l'intérêt qu'à partir de la seconde moitié, quand il quitte Paris. 

L'auteur arrive bien à nous faire ressentir le désarroi de son héros, ses angoisses, ses peurs devant les trous noirs qui parsèment son passé, mais le style n'est pas fluide et cela nuit à la lecture. De plus, il y a beaucoup d'éléments qui sont embrouillés pour lui mais qui le restent aussi pour le lecteur, certains personnages aussi, comme ses beaux-parents dont on ne comprend pas très bien le rôle. La fin est un peu précipitée et l'auteur laisse son lecteur l'imaginer : cela ne m'a pas dérangée car j'avais mon idée la-dessus depuis le début.....

En bref

Un avis plutôt mitigé sur cette lecture ; je ne sais pas trop quoi en dire......Le sujet est intéressant mais à trop vouloir nous faire partager la confusion de Malenc, l'auteur y plonge son lecteur qui a un peu de mal à en sortir. Je n'ai pas accroché du tout à cette histoire.

Livre lu en partenariat avec LIVRADDICT et les Editions TAURNADA que je remercie.

Note : 5.5/10