Don

UN DON de Tony MORRISON - Traduction de Anne WICKE - 2009 - Editions 10/18 - 193 pages

Quatrième de couverture

Dans l'Amérique du XVIIe siècle, celle des vastes étendues et des territoires vierges, celle aussi des premiers colons, de la fièvre et de la faim ; Blancs, Noirs, Indiens, subissent la même haine et la même oppression. Jacob Vaark, un fermier et négociant anglo-néerlandais vit avec sa femme Rebekka en Virginie, l'un des premiers état esclavagiste. Lorsqu'il se rend chez un planteur de tabac qui lui doit une forte somme d'argent, ce dernier ne pouvant le payer, lui propose de lui donner deux esclaves. En dépit du mépris qu'il a pour ce système esclavagiste, Jacob accepte de prendre avec lui Florens, une enfant de 8 ans. Elle formera avec Lina, seule survivante de sa tribu indienne et Sorrow, une étrange adolescente blanche, un surprenant trio de domestiques. Un magnifique roman polyphonique portée par un style extraordinaire, qui montre l'Amérique des origines.

*********************************************

Florens n'a jamais oublié le jour où sa mère a supplié l'étranger de la prendre à la place d'elle-même et de son petit garçon, en paiement d'une dette que son maître avait contractée. Cette blessure reste à vif dans son coeur et elle refuse d'écouter le message que "a minha mae" tente désespérément de lui communiquer lorsqu'elle lui apparaît la nuit. Florens a huit ans, elle est noire et vit dans l'Amérique des origines, au 17ème siècle. La ségrégation n'existe pas encore. On peut être noir et libre, blanc et esclave. Florens va rejoindre la ferme de son nouveau maître qui ne la traitera jamais en esclave, mais plutôt en domestique, au même titre que Lina une jeune indienne, seule rescapée d'une épidémie qui a décimé tout son village, Sorrow une adolescente blanche un peu attardée, et Willard et Scully deux hommes qui tentent de rembourser leur traversée depuis l'Europe jusqu'au Nouveau Monde. Avec Jacob Vaark et sa femme Rebecca qui ont perdu leurs quatre enfants en bas âge, ils forment presque une famille, un microcosme, au milieu d'une nature encore sauvage, et où règne un semblant de bonheur jusqu'à ce que la maladie fasse son apparition et que Florens découvre l'amour .

Un Don est un roman polyphonique auquel chaque personnage donne sa voix ; chacun raconte son histoire. Le récit est complètement déconstruit, enchevêtré : l'auteur ne donne aucun repère de temps et laisse le lecteur reconstituer l'histoire de chacun des personnages et la replacer dans le contexte. Au début, cela  m'a un peu désarçonnée, j'ai eu un peu de mal à saisir l'ordre chronologique des événements. En fait il faut se laisser aller au rythme de la prose de Toni Morrison, à la fois poétique, onirique et réaliste, et tout se met alors en place.

Un Don, c'est l'histoire de quatre femmes, très différentes les unes des autres : Florens la petite esclave noire qui ne connaîtra la raison de son abandon que dans les dernières pages du livre, Lina l'indienne, dont le peuple est peu à peu décimé, qui voit une horde d'étrangers envahir son pays et qui malgré tout s'occupe de la ferme de Jacob comme si c'était la sienne, Sorrow l'étrange adolescente dont le passé reste trouble et Rebecca que Jacob a fait venir d'Angleterre pour devenir sa femme et qui trouve dans sa nouvelle vie une occasion d'échapper à la misère et aux agressions. Et pourtant "Être femme ici, c'est être une blessure ouverte qui ne peut guérir". C'est aussi l'histoire de la naissance de l'Amérique et de l'esclavagisme.

En bref

Un roman magnifique. J'ai adoré.

Note : 9/10