9782882503329-ed401

LE TEMPS DES FEMMES - ELENA TCHIJOVA - Traduction de Marianne GOURG-ANTUSZEWICZ - 2014 - Editions NOIR SUR BLANC - 234 pages

Quatrième de couverture

« Grand-mère Evdokia a une odeur douce et sèche. On se serre contre elle et on n’a pas peur. Ça ne fait rien que je sois seule. Je les rejoindrai dans l’autre monde. »

Le Temps des femmes, roman à cinq voix, se passe dans la Russie totalitaire des années 1960, dans la ville de Leningrad encore marquée par le terrible siège qu’elle a subi pendant la guerre. Sofia, une petite fille muette de sept ans, dessine à longueur de journée le monde qui l’entoure. Sa mère Antonina est ouvrière dans une usine. Trois vieilles, Evdokia, Glikeria et Ariadna, accueillent Sofia et Antonina dans leur appartement communautaire. Elles jouent le rôle de grands-mères pour Sofia, à laquelle elles transmettent les valeurs de la Russie d’autrefois. Le roman raconte le quotidien de ces femmes dans la ville de Leningrad – les files d’attente pour la nourriture, la cuisson des pommes de terre, les lessives interminables, tout en convoquant, à travers les yeux de l’enfant, la poésie populaire et le merveilleux.

Dans Le Temps des femmes, où les personnages masculins ne sont que des figures lointaines, Elena Tchijova rend hommage aux femmes russes, à leur courage et à leur dignité, qui transparaissent sur leurs visages, dans leurs gestes et dans leur silencieuse résistance à l’oppression.

**********************************************

L'auteure

Née en 1957 à Leningrad, Elena Tchijova se consacre à l’écriture depuis la fin des années 1990. Auteur de plusieurs romans, très populaires en Russie, elle dirige le PEN club de Saint-Pétersbourg et est rédactrice en chef de la revue Vsemirnoe Slovo. En 2009, Le Temps des femmes reçoit le prestigieux Booker Prize russe. Le roman est adapté en 2011 pour le théâtre et reçoit un bel accueil du public. Elena Tchijova vit aujourd’hui avec sa famille à Saint-Pétersbourg.

************************************************

Le temps des Femmes est un livre sur la  Russie vue à travers les yeux de cinq femmes de trois générations différentes : les trois babouchkas : Evdokia, Glikeria et Ariadna ; la mère Antonina et la petite fille Suzanna. Nous sommes en 1960. Les grands mères ont connu tous les derniers boulversements de la Russie : l'époque du tsar, la révolution, la guerre, la montée du communisme. Antonia, elle, ne connaît que les années d'après guerre bien qu'elle ait gardé des souvenirs d'enfant de restrictions, d'évacuations, de peur. La petite Suzanna quant à elle est muette. Elle ne parle pas, mais elle entend tout, comprend tout et exprime ses émotions et ses rêves par des dessins. Les grand mères s'attachent à cette enfant et leur plus grande peur est qu'elle leur soit arrachée et envoyée dans un établissement spécialisé. Elles s'occupent d'elle comme elles l'ont fait autrefois pour leurs propres enfants. Elles la font baptiser en cachette de sa mère et la renomment Sofia, elles lui apprennent le français, lui racontent la vie des saints, les légendes russes et les contes pour enfants. Elles sont l'âme de la Russie éternelle et  lui transmettent ses valeurs. Elles l'arrachent aux rouages du communisme et pleines d'espoir, la préparent à sa vie d'adulte dans un monde nouveau, sans savoir très bien de quoi sera fait celui-ci.

L'histoire s'étale sur quelques années, chaque personnage prend la parole à son tour et un dernier chapitre est consacré à Sofia adulte, alors qu'elle est devenue une artiste peintre reconnue. La vie de ces femmes se limite à leur appartement collectif, l'usine, et l'église, jusqu'à l'entrée dans leur foyer de la télévision, fenêtre ouverte sur un monde étrange et inconnu ou les morts côtoient les vivants.

C'est avec beaucoup de tendresse et de délicatesse qu'Elena TCHIJOVA nous fait partager le quotidien de ces femmes à une époque charnière de la Russie : la vie dans un appartement collectif, les files d'attente interminables pour obtenir de la nourriture, la présence écrasante du comité d'entreprise qui décide de tout, même de la vie privée des ouvriers. J'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de cet ouvrage  et je remercie beaucoup BABELIO et les Editions NOIR SUR BLANC de m'avoir permis de le découvrir.

Note : 9/10

Challenge ABC 2014 : Lettre T