51N91gVd8kL__

LES MORSURES DE L'OMBRE - Karine GIEBEL- 2009 - Editions POCKET - 300 pages

Quatrième de couverture

Elle est belle, attirante, disponible. Il n’a pas hésité à  la suivre pour prendre un dernier verre. A présent il est seul, dans  une cave, enfermé dans une cage. Isolé. Sa seule compagnie ? Sa  séductrice et son bourreau. Et elle a décidé de faire durer son plaisir  très longtemps. De le faire souffrir lentement. Pourquoi lui ? Dans ce  bras de fer rien n’est dû au hasard. Et la frontière entre tortionnaire  et victime est bien mince…

*********************************************

Benoit Lorant, commissaire de police dans la région de Besançon se réveille attaché dans une cave, avec une terrible migraine et les poches vides : plus de papiers, plus d'arme. Bientôt ses souvenirs reviennent : une femme sur le bord de la route, rousse, belle ; sa voiture est en panne, il la raccompagne chez elle, accepte de prendre un dernier verre, puis plus rien.... le noir complet. Commence un terrifiant huis clos au cours duquel Lydia va essayer de faire avouer un crime à Benoit. On comprend vite qu'elle est complètement folle, ce qui est d'autant plus effrayant. Elle le torture, l'insulte, l'affamme, le menace d'une mort lente s'il n'avoue pas mais lui promet une mort rapide s'il reconnaît son crime. Benoit de son côté  ne se souvient de rien mais se sait innocent. Seul l'amour qu'il éprouve pour sa femme et son fils le soutiennent quelque temps ; malgré cela, il sombre de plus en plus ,nerveusement et physiquement, sous les coups de sa tortionnaire...

C'est le deuxième ouvrage que je lis de Karine Giebel, après Jusqu'à ce que la mort nous unisse qui ne m'avait pas transportée. J'ai beaucoup plus apprécié Les Morsures de l'Ombre qui est un véritable thriller : dès qu'on l'a commencé, on sait qu'on ne pourra plus le lâcher jusqu'à la fin. L'auteure sait très bien faire monter la pression et l'angoisse chez ses lecteurs. Elle alterne les passages décrivant les sévices qu'impose Lydia à sa victime avec ceux qui mettent en scène les enquêteurs à la recherches d'indices. Hélas, ils vont de fausses pistes en fausses pistes et pendant ce temps Benoit s'en prend plein la figure.... Chaque heure compte pour le retrouver vivant.

Je n'ai pu m'empêcher de relever quelques invraissemblances dans ce récit, comme le fait que Djamila qui a été la maîtresse de Benoit - et alors que tout le commissariat est au courant - soit désignée pour mener l'enquête et interroger Gaëlle la femme de Benoit. L'"accident" (pour ne pas spoiler) de Lydia à la fin du récit m'a paru aussi un peu bizzarre (juste au moment ou les choses allaient s'arranger). Malgré cela, on se prend une grande claque avec les dernières pages. Quelques points communs avec Jusqu'à ce la mort nous sépare : Un personnage principal coureurs de jupons, finalement pas très sympathique, des flics pas très concernés et une fin dramatique.

Pas un coup de coeur, mais un très bon thriller à recommander aux amateurs. Cependant âmes sensibles s'abstenir !

Note : 8.5/10

Challenge Thrillers : Session Karine Giebel 

Challenge ABC 2014 : Lettre G