41iYlLOigqL__

LA PREUVE PAR LE SANG - Jonathan KELLERMAN - Traduction de W.O DESMOND -Editions POINTS - 2006 - 382 pages 

Quatrième de couverture 

Appelé d'urgence au chevet d'un petit garçon cancéreux, le Dr Alex Delaware tente de convaincre les parents de faire soigner leur enfant. Affiliés à la sombre secte des "Toucheurs", ceux-ci refusent d'entendre raison. L'enfant disparaît mystérieusement de l'hôpital, et la chambre d'hôtel des parents est éclaboussée de sang. Alex n'a plus d'autre choix que d'appeler à la rescousse son vieil ami l'inspecteur Sturgis...

L'auteur

Jonathan Kellerman est né en 1949 à New York et passe sa jeunesse à Los Angeles (Californie), où il vit désormais en compagnie de Faye Kellerman, son épouse, également romancière, et leurs quatre enfants.
Après des études de psychologie à l'Université de Californie à Los Angeles, il se spécialise en psychologie clinique pédiatrique. Il écrit des ouvrages scientifiques, entre autres Psychological Aspects of Childhood Cancer et Helping the Fearful Child.
Très tôt passionné par les écrits de fiction, il publie son premier roman en 1985, Le Rameau Brisé. Il reçoit pour cela l'Edgar Award du meilleur thriller de l'année, un des prix les plus prestigieux pour la littérature de suspense aux États-Unis. Il est également détenteur de l'Anthony et de la Goldwyn Awards.
En 1987, il abandonne sa carrière de psychologue pour enfants et se consacre à l'écriture

**************************************

Encore un roman policier dont l'enquêteur n'est pas un inspecteur de police ; cette fois-ci c'est d'un psychologue dont il s'agit, le Dr Alex Delaware.

Le récit commence par un procès, celui qui interdit à Richard Moody de voir ses deux enfants avant d'avoir suivi une pychothérapie. Pour l'instant, il est dangereux pour lui et pour les autres. Alex Delaware a apporté son aide à ce procès en tant que psychologue. Quelques jours après il est contacté par un de ses anciens amis, le cancérologue Raoul Menendez-Lynch. Celui-ci aimerait qu'Alex l'aide à convaincre les parents d'un petit garçon atteint par le cancer qu'il peut le soigner et même le guérir. Mais l'enfant disparait de l'hôpital, il reste introuvable ainsi que sa famille et tout laisse à penser qu'un meurtre a été commis dans leur chambre de motel. Si Woody est toujours en vie, combien de temps le restera t-il ? Son cancer est une bombe à retardement, s'il n'est pas soigné à temps, il va mourir. Alex et Raoul refusent tous deux cette alternative et chacun avec ses moyen va se lancer à sa recherche, Alex aidé par son ami le policier Milo Sturgis.

Tout de suite on se demande s'il y a un rapport entre la famille Moody et celle de Woody Swope, le petit malade, et s'il y en a un, quel est-il ? Ce sont deux familles à la dérive, l'une abimée par les agissements d'un chef de famille psychotique et irréponsable, l'autre repliée sur elle même, coupée de la société, aigrie, refusant l'aide de la médecine et enfermée dans le déni de la maladie.

La première partie du livre est un peu lente, mais personnellement je ne déteste pas cela, surtout  quand l'auteur prend le temps de bien décrire ses personnages, leur histoire et leur caractère comme c'est le cas ici.  Cela donne au lecteur toutes les armes nécessaires pour se creuser la tête et essayer de démêler les ficelles de l'intrigue. Ensuite le récit devient plus nerveux, les cadavres s'accumulent, les révélations inattendues et les secrets inavouables éclatent au grand jour pour déboucher sur une fin que l'on n'attends pas du tout.

Un récit un peu glauque mais jamais lourd, des personnages attachants, détestables ou quelquefois simplement louches - bref, comme on les aime -  une bonne intrigue : tous les ingrédients sont réunis pour faire de La Preuve par le Sang un très bon polar.

NOTE : 7/10