lady-hunt

 

LADY HUNT - Hélène FRAPPAT- 2013 - Editions ACTES SUD - 318 pages

Quatrième de couverture

Laura Kern est hantée par un rêve, le rêve d'une maison qui l'obsède, l'attire autant qu'elle la terrifie. En plus d'envahir ses nuits, de flouter ses jours, le rêve porte une menace : se peut-il qu'il soit le premier symptôme du mal étrange et fatal qui frappa son père, l'héritage d'une malédiction familiale auquel elle n'échappera pas ? D'autres mystères corrompent bientôt le quotidien de la jeune femme, qui travaille pour une agence immobilière à Paris plus un effet secondaire qu'une carrière. Tandis qu'elle fait visiter un appartement de l'avenue des Ternes, Laura est témoin de l'inexplicable disparition d'un enfant. Dans le combat décisif qui l'oppose à l'irrationnel, Laura résiste vaillamment, avec pour armes un poème, une pierre noire, une chanson, des souvenirs... Trouvera-t-elle dans son rêve la clé de l'énigme du réel ? Sur la hantise du passé qui contamine les possibles, sur le charme des amours maudites, la morsure des liens du sang et les embuscades de la folie, Hélène Frappat trace une cartographie intime et (hyper)sensible de l'effroi et des tourments extralucides de l'âme. Des ruines du parc Monceau à la lande galloise, avec liberté et ampleur elle réinvente dans Lady Hunt le grand roman gothique anglais, et toutes les nuances du sortilège.
 
L'Auteure
Hélène Frappat est née en 1969 à Paris. Traductrice de l’anglais et de l’italien, elle est l’auteur de trois romans : Sous réserve (Allia, 2004), L’Agent de liaison (Allia, 2007) et Par effraction (Allia, 2009 ; mention spéciale du jury, prix Wepler 2009.
Mon avis 
Quel étrange roman que Lady Hunt ! Entre rêve et réalité, entre maladie et folie, le lecteur se laisse entraîner par la plume d' Hélène Frappat sur les pas de Laura Kern. Celle-ci travaille dans une Agence Immobilière située dans les beaux quartiers parisiens : elle fait visiter des appartements cossus à des personnes fortunées : ça c'est sa vie professionnelle.....quant à sa vie privée elle se résume à la compagnie de son chat et à ses escapades amoureuses avec son patron. Mais il y a autre chose, Laura fait un rêve récurrent : une maison qu'elle n'a jamais vue, toujours la même...une maison dont les vitres et les miroirs ne reflètent pas son image, ou apparait une femme étrange aux cheveux rouges -comme ceux de Laura. Ce rêve empiète bientôt sur son quotidien et elle commence à ressentir la vie, l'âme des appartements qu'elle fait visiter. Certains sont inoffensifs, d'autres dangereux pour les personnes qui les occupent. Dans une de ces habitations vacantes où elle accompagne une famille en quête d'un logement, elle fait la connaissance d'un petit garçon qu'elle voit disparaître devant elle.....Elle comprend alors que tous deux ont le même don.
Le récit oscille entre ce que vit Laura à Paris et le rappel de son enfance passée entre ses parents et sa soeur en Bretagne. Son père, gallois d'origine, est porteur d'une terrible maladie héréditaire, sa mère d'ascendance bretonne  détient quant à elle un lourd secret de famille. Ce ne sera que lorsque le voile sera levé sur ces deux mystères que Laura trouvera le repos de l'esprit.
 
Je me suis vraiment plue dans cette ambiance étrange, brumeuse, entre ces deux mondes aux contours flous dans lesquels Laura vit. On se demande souvent si ce qu'elle décrit, elle le vit vraiment ou  si cela fait partie de ses rêves, voire de ses hallucinations. On est alors déstabilisé, on ne trouve rien de concret à quoi se raccrocher, on rejoint Laura dans ses chimères, avec comme seuls guides un recueil de poèmes de Tennyson, une pierre noire, et des superstitions celtiques.....De plus, l'histoire est écrite à la première personne : c'est Laura qui raconte. Elle-même ne sait pas ce qui lui arrive, ne le comprend pas et le lecteur qui la suit doit faire comme elle, se contenter de vivre les événements sans chercher à comprendre, tant que le moment n'est pas venu.  Je comprend que ce manque de repère ait pu dérouter certains lecteurs..... Quant à moi, je me suis immergée dans cette lecture, le l'ai savourée, j'ai lu ce livre à petites gorgées, ne voulant pas aller trop vite, essayant d'en repousser la fin le plus longtemps possible.
 
Un grand merci à PRICE MINISTER qui m'a donné l'occasion de lire ce livre dans le cadre des "Matchs de la Rentrée Littéraire 2013". 
 
NOTE : 8.5/10