!B9s4g+!CGk~$(KGrHqIOKi4EzSqTdrYQBM6j3,T5Gg~~0_12

LE VOYAGE D'ANNA - Henri GOUGAUD - 2006 - Editions FRANCE LOISIRS - 400 pages

Quatrième de couverture

Novembre 1620 : Prague la protestante est mise à sac par les troupes catholiques. Anna, une servante, recueille l'enfant de son maître, massacré sous ses yeux. Elle ne sait pas encore que sa vie vient de prendre un cours radicalement nouveau. Fuyant Prague avec le petit miraculé, elle rencontrera, dans la tourmente de la guerre, la rage et la beauté de vivre, le secret des forêts, la folie et l'amour des gens inoubliables. Un roman riche en péripéties et en rebondissements, dans lequel Henri Gougaud nous prouve une fois de plus son immense talent de conteur.

********************************************

A Prague, en 1620, Anna est une jeune servante employée par Maître Hanusak, un teinturier plutôt athée mais dont la clientèle est en majorité calviniste. A l'issue de combats sanglants, Prague est envahie par les troupes catholiques, les protestants sont massacrés, Maître Hanusak tué, sa femme enfuie laissant derrière elle Jan, leur enfant âgé seulement de quelques mois. Anna se cache dans les combles, puis fuit les lieux du carnage, se réfugie chez sa soeur, mais prise de remords revient chercher Jan miraculeusement épargné par les soudards, et elle n'en se séparera plus. Tous les deux fuient Prague pour gagner la ferme de Mathias, le frère aîné d'Anna. Henri Gougaud nous conte alors leur voyage, leurs rencontres parfois heureuses parfois malheureuses,  les mensonges d'Anna pour justifier la présence de Jan et l'absence d'un mari qui met son honneur en péril - à cette époque, il n'était pas bien vu du tout d'être fille mère.

J'avais déjà lu plusieurs livres de cet auteur dont Les Sept Plumes de l'Aigle que j'avais beaucoup aimé pour son côté un peu ésotérique, un peu fantastique. Le Voyage d'Anna est d'un genre tout à fait différent, il se rapproche plus du conte. C'est une belle histoire d'amour avec quelques aventures sur fond de guerre et qui se termine bien....C'est agréable à lire, sans plus...: net, sans bavures, un peu lisse malgré les nombreux rebondissements. Il y a d'un côté les bons et de l'autre les méchants ; les bons, à part quelques victimes, s'en sortent bien et peuvent vivre leurs rêves comme Anna, Simon et Jan ; les méchants ou ceux qui ont commis des fautes graves sont punis comme Antonie qui ne récupérera pas son fils ou tués, comme Missa et le marquis. Il y a aussi de beaux sentiments : l'amour, le respect, le sens de l'honneur et de l'amitié. Avec ce livre l'auteur nous décrit la vie à la campagne à l'époque de la guerre de trente ans, la toute puissance des nantis et le dénuement des paysans -quoiqu'apparement, on vivait mieux dans une ferme à la campagne qu'à la ville.... Avec Simon, il nous introduit dans la confrérie des charbonniers  "les Cousins"  liés à vie par leur métier commun, et lève le voile sur l'initiation qui permet aux jeunes, amenés à suivre les pas de leurs pères, de rentrer dans la confrérie. 

" -Il doit l'instruire, dit Simon. Allons, ne t'inquiéte de rien. Il a fait de même avec moi.

Elle répondit toute hérissée :

- Ce sont bien là des folies d'hommes ! Jan n'a guère plus de six ans. Que peut on comprendre à cet âge ?

......- Il va semer dans sa mémoire le savoir des maîtres cousins

- Et comment diable fera t-il ? Croit-il le tenir éveillé avec ses contes de sorcier ?

- Non, Anna, il l'endormira, puis il posera la main sur sa tête et lui parlera doucement, toute la nuit, jusqu'au matin. Il lui dira tout ce qu'il faut.

- Il n'en entendra rien !

- Il entendra tout mais ne le saura pas"

 Une grande partie du récit se déroule dans la forêt ou Simon est charbonnier et une grande part est laissée ainsi à la nature avec un côté magique, même un peu féérique. 

LE VOYAGE D'ANNA n'a pas été pour moi une grande découverte, mais c'est avec plaisir que j'ai suivi les aventures d'Anna et il faut dire que le style d'Henri Gougaud y a a été pour beaucoup.

NOTE : 6.5/10